Menu

Accueil / Notre monde - En guerre : montrer l’espoir au cœur de la détresse

En bref

Notre monde - En guerre : montrer l’espoir au cœur de la détresse

Partagez cette page lundi 6 juillet 2009

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’est associé à cinq photographes de guerre de renommée mondiale pour mettre sur pied une nouvelle exposition intitulée Notre monde – En guerre. Maison de la Culture Douta Seck, 6 au 17 juillet

L’exposition nous offre un regard direct et inédit sur les effets qu’ont la guerre et la violence armée sur la vie des gens – de la solitude déchirante d’une femme âgée qui a perdu sa maison dans la guerre entre la Géorgie et la Russie l’année dernière, à la joie exubérante de deux frères réunis après avoir été séparés par les combats en République démocratique du Congo.

Selon le directeur de la Communication du CICR, Yves Daccord, si les images représentent certes la réalité et la brutalité des conflits armés, elles montrent aussi que même dans les heures les plus sombres, l’espoir et la fierté subsistent. « Trop souvent, quand nous regardons une photo, nous collons automatiquement une étiquette sur ce que nous voyons. Nous avons tendance à ne considérer les gens que comme des « victimes », des personnes qui souffrent, mais il n’en reste pas moins que ce sont des êtres humains, dit-il. La guerre et la violence peuvent nous dépouiller de beaucoup de choses, mais nous avons tous en commun quelque chose d’universel et de tenace : la dignité humaine. Derrière la souffrance, il y toujours une personne, et cela apparaît très clairement dans l’exposition. »

Les cinq photojournalistes James Nachtwey, Ron Haviv, Chris Morris, Franco Pagetti et Antonin Kratochvil, tous de l’Agence VII, basée à New-York, se sont rendus dans huit pays où ils ont fait d’innombrables rencontres : familles déplacées, prisonniers, orphelins, chirurgiens de guerre, mères veuves vivant dans la pauvreté, volontaires handicapés, combattants rebelles, victimes de viols, psychologues, sages-femmes et autres personnes touchées par un conflit armé.

« Lorsque les gens souffrent, cela ne veut pas dire qu’ils aient perdu leur dignité. Lorsqu’ils ont peur, cela ne veut pas dire qu’ils manquent de courage. Lorsqu’ils ont mal, cela ne veut pas dire qu’ils n’aient pas d’espoir, a déclaré James Nachtwey. Quoi que l’on puisse voir en regardant une photo qui montre la souffrance humaine, quoi que l’on puisse ressentir – indignation, tristesse, incrédulité –, ce qu’il me paraît essentiel d’en retirer est un sentiment de compassion. »

Au cours de ces cinq derniers mois, James Nachtwey a voyagé avec le CICR en Afghanistan et dans le centre de Mindanao, région des Philippines ravagée par un conflit. Pendant ce temps, Ron Haviv couvrait la République démocratique du Congo et Haïti, Chris Morris le Libéria, Franco Pagetti la Colombie et le Liban, et Antonin Kratochvil photographiait la Géorgie, en Europe de l’Est. L’exposition Notre monde – En guerre fait partie de la campagne du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge intitulée Notre monde. À vous d’agir, qui met en évidence les défis humanitaires les plus pressants de notre époque et le pouvoir qu’a chaque être humain de faire changer les choses.

> http://www.icrc.org/web/eng/siteeng...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

ACTUALITÉS

  • Le marathon international du Sénégal, c'est déjà la 3e édition
    Le marathon international du Sénégal, c’est déjà la 3e édition
  • Miss Sénégal 2017, quatre gagnantes sur le podium
    Miss Sénégal 2017, quatre gagnantes sur le podium
  • Quels sont les touristes préférés des hôteliers sénégalais ?
    Quels sont les touristes préférés des hôteliers sénégalais ?
  • Aisha Deme : l'amazone de la culture
    Aisha Deme : l’amazone de la culture
  • Transport aérien : en 2018, le ciel africain sera libéralisé
    Transport aérien : en 2018, le ciel africain sera libéralisé
  • Modou Diouf raconte sa verte et riche Casamance
    Modou Diouf raconte sa verte et riche Casamance

Cherchez dans le répertoire

Top