Menu

Accueil / Actualités / 14eme édition du festival de jazz de Saint-Louis

Art et culture / Tourisme et découverte

14eme édition du festival de jazz de Saint-Louis

C’est dans la douleur que s’est déroulé le festival de jazz de Saint-Louis. N’eut été la volonté des membres de l’association Saint-Louis Jazz, cette édition n’aurait jamais eu lieu. Son report par deux fois a plombé l’envie de beaucoup de férus de jazz qui se donnaient rendez vous chaque mois de mai. Pire : cette année, on dirait plutôt « Festival International de Musique » car en réalité, on a tout vu sauf du jazz ! Heureusement que Saint-Louis Jazz Orchestra, la sensuelle Alba Maria ainsi que la tête d’affiche Jesse Davis ont sauvé les meubles !

Partagez cette page Publié le 1er juillet 2006 | 0 commentaire

> Festival de Jazz de Saint-Louis 2010

Alba maria : Et la lumière fut !

Dans sa robe rouge, elle aura séduit le public tant par le timbre de sa voix que par sa prestation. Une invite à l’évasion, à l’odyssée…

Pieds nus, elle improvise des pas de danse, fruit de son imprégnation de la culture amazonienne. Chez Alba Maria, la danse est une question d’instinct, d’inspiration et la musique un instant de prise de conscience, un instant magique lui permettant de se produire devant ses semblables sur une terre qui a participé à sa formation culturelle et sociale.

Elle lance « Saint-Louis me fait beaucoup réfléchir sur ce que nous sommes ».

Dans une voix teintée de douceur elle termine toujours son discours en ces termes : « Obligado ».

A 40 ans l’amazonienne reste fortement ancrée dans la tradition de son peuple, à ses mythes et traditions, car dit-elle « ces croyances nous ont aidé à survivre et garder espoir face à l’inquisition ».

Alba Maria est tombée sous le charme de Saint-Louis qu’elle compte revisiter prochainement.

Jesse Davis : du jazz rien, que du jazz !

A 40 ans, le natif de la New Orléans est considéré comme l’un des meilleurs saxophonistes au monde. Sa prestation en a donné une illustration.

Baragouinant quelques mots de français il a tenté de dialoguer avec le public, car pour lui « la musique c’est l’art de partager avec son public ».

Le saxophoniste a commencé à jouer dès l’âge de 11 ans. Il aura été marqué dans sa carrière par Ellis Marsais dont les enseignements l’ont inspiré et lui ont donné envie de suivre des études de musique à l’Université Nord Est de l’Illinois.

C’est en 1993 qu’il voyage en Europe affrontant son premier quartet. Durant sa tournée il a reçu le meilleur des revues de critique en Espagne, en France, en Italie, au Royaume Uni. Il a déjà à son actif trois CD tous sortis sur le label Concord. Pour ceux qui ne la savent pas encore il a fait parti du casting du film « Kansas City » de Robert Altman. Sa musique a été décrite comme « néo-bop » mais comme il le dit « tout ce que je peux faire, c’est de jouer la belle musique avec passion… ».


Voir en ligne : Le221, mensuel de culture et de sports au Sénégal

Salam Diakhaté

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top