Menu

« Ku bañ ku la ñafale, dangay toññ koo mën. »

Celui qui ne veut pas être corrigé s'attaque à moins fort que lui. (proverbe wolof)

Accueil / Découvrir / Histoire et patrimoine / Blaise Diagne

Blaise Diagne, député… et maire de Lourmarin

Blaise Diagne … Cela vous dit-il quelque chose ? … Oui, bien sûr ! Blaise Diagne a été le premier député africain au sein de l’Assemblée nationale française. Certes, mais c’était en 1914. Qui est Blaise Diagne aujourd’hui ? … Le maire d’un charmant village du Vaucluse : Lourmarin … et petit-fils de son homonyme ! Nous l’avons rencontré.

Partagez cette page Publié le 22 août 2007 | 4 commentaires
JPEG - 7.5 ko
Blaise Diagne avec écharpe tricolore lorsqu’il allait siéger pour la première fois (1914) à la Chambre des députés. Photo : Centre de recherche et de documentation du Sénégal.

Fils de Niokhor, un Sérère de Gorée qui était cuisinier et marin, et Gnagna Preira, une mandjaque originaire de Guinée-Bissau, Blaise Adolphe Diagne, naît à Gorée le 13 octobre 1872. Il s’appelait Gaiaye M’Baye Diagne.

C’est à l’Ecole des Frères de Ploërmel de Gorée où son père adoptif, Adolphe Crespin, l’inscrivit, qu’il fut baptisé « Blaise ». Plus tard, il l’envoya poursuivre ses études dans le sud de la France, à Aix-en-Provence.

Il termine ses études à Saint-Louis, au Nord du Sénégal et en 1891, est reçu au concours des douanes coloniales. C’est ainsi qu’après le Dahomey, le Congo, Madagascar, La Réunion, (où il est accepté par le Grand Orient ce qui fait de lui l’un des premiers Noirs francs-maçons), il réside en Guyane.

JPEG - 5.5 ko
Blaise Diagne. Photo DR.

Je suis noir, ma femme est blanche, mes enfants sont métis, quelle meilleure garantie de mon intérêt à représenter toute la population ?

En 1913, alors que le Sénégal fait partie de l’A.O.F., il revient dans son pays d’origine pour se présenter aux élections législatives et, le 10 mai 1914, il est élu député du Sénégal au sein de l’assemble nationale française. C’est une première. La vie politique sénégalaise est contrôlée, jusqu’en 1914, par les Européens vivant dans la colonie et les métis. À cette date, Blaise Diagne met fin à leur hégémonie. [1]

En 1918, alors que la France est en guerre, Blaise Diagne parvient à convaincre des dizaines de milliers d’Africains de s’engager volontairement pour ce pays et promet qu’ils accèderont à la citoyenneté pleine et entière à l’issue du conflit. Il y eut bien une loi « Blaise Diagne », promulguée en 1916, permettant d’obtenir et de conserver la citoyenneté française aux originaires des « quatre communes » (Gorée, Dakar, Saint-Louis, Rufisque) et plus tard à leur descendants.

En 1931, il est nommé sous-secrétaire d’État aux colonies. De 1920 à 1934, date de sa mort, Blaise Diagne est maire de Dakar.

Descendance

Blaise Diagne a eu, avec Marie Odette Villain, quatre enfants dont Adolphe, médecin militaire, Roland, fonctionnaire dans les Chemins de fer et Raoul, footballeur professionnel et le premier footballeur africain à être sélectionné en équipe de France !

Raoul Diagne, né en Guyane en 1910, a compté dix huit sélections en équipe de France entre 1931 et 1940. Il faisait partie du Racing Club de Paris. En 1963, entraîneur de la première équipe de foot sénégalaise d’après l’indépendance, il bat l’équipe de France lors des « Jeux de l’amitié ». Il est considéré au Sénégal comme le « grand père du football sénégalais ».

Adolphe Diagne est né en 1907 à Paris. Après avoir été médecin-lieutenant dans les troupes coloniales en Mauritanie, il est médecin-capitaine en 1936 et est affecté au Sénégal puis au Tchad. En 1946, il est médecin-chef du service d’hygiène de Dakar avant d’être promu médecin lieutenant-colonel en 1949. Premier conseiller du haut-commissaire auprès de la République du Sénégal en 1959, il est chargé de mission auprès du ministre de la Coopération en 1962.

GIF - 4.9 ko
Lourmarin, Vaucluse, France

Lourmarin, Vaucluse, FranceAdolphe Diagne, commandeur de la Légion d’Honneur (son père l’avait, quant à lui, refusée) est décédé en 1985 et enterré à Lourmarin. Lourmarin où nous avons rencontré Monsieur le maire : Blaise Diagne, né en 1954, est, depuis 2001, maire de Lourmarin.

Corinne Deriot : Votre père était Adophe Diagne. Militaire de carrière, il a parcouru l’Afrique et faisait partie des troupes françaises arrivées dans le sud de la France à la fin de la guerre de 1939-1945. Qu’est-ce qui l’a amené à Lourmarin ?

Blaise Diagne : Il a rencontré ma mère ! Originaire de Briançon, elle avait acheté une ferme à Lourmarin. C’est ainsi que, alors qu’ils habitaient Paris, je passais toutes mes vacances à Lourmarin.

C.D. : Parlait-on de votre grand-père à la maison ?

JPEG - 4.3 ko
Adolphe Diagne - Photo DR.
Adolphe Diagne, fils de Blaise Diagne, né en 1910, père de Blaise Diagne, actuel maire de Lourmarin (France).

B.D. : Rarement. J’ai vu quelques historiens venir chez nous poser des questions. J’ai souvent entendu parler de Senghor qui avait bien connu mon grand-père. Mais mes parents ont toujours été très discrets sur cette histoire familiale. Il était important pour mon père et ensuite pour moi qu’on n’utilise pas cette renommée dans un intérêt personnel.

C.D. : Quelles ont été les circonstances qui vous ont amené à être candidat à la mairie de Lourmarin ?

JPEG - 5.3 ko
Raoul Diagne - Photo DR.
Raoul Diagne, fils de Blaise Diagne, né en 1906, premier footballeur africain a être sélectionné en équipe de France.

B.D. : J’habitais en banlieue parisienne, dans une tour. Je me suis rendu compte qu’il y avait autant de personnes dans cette tour que dans tout le village mais qu’à Lourmarin tout le monde se disait bonjour à tout le monde et c’est ce qui me plaisait. Je suis donc venu m’y installer en 1981. J’avais 27 ans. Je me suis occupé de la ferme familiale et suis devenu agriculteur. Puis, après avoir été président des parents d’élèves, j’ai été sollicité pour entrer au conseil municipal et dans différentes structures agricoles.

C.D. : Pour quelles raisons vous a t-on sollicité ?

B.D. : Les années passées dans une entreprise de métallurgie à Paris ont été très enrichissantes socialement et m’ont permis d’acquérir une certaine facilité de discours, et comme j’ai toujours quelque chose à dire ... !

C.D. : Vous avez été nommé président de la communauté de communes. Que cela signifie t-il pour vous ?

B.D. : Arriver à ce que les choses puissent se construire au détriment de personne, arriver à faire travailler tout le monde ensemble. Ce qui est important pour moi, c’est l’intérêt collectif, et ça, c’est ce que mes parents m’ont transmis. Et le collectif n’est pas le cumul des intérêts individuels.

C.D. : Quelle est votre force ?

B.D. : N’avoir aucune ambition. Cela me permet de choisir.

C.D. : Avez-vous eu l’occasion, dans votre vie professionnelle, d’évoquer votre grand-père ?

B.D. : Comme je vous l’ai dit, c’était quelque chose que l’ont ne mettait jamais en avant. Mais un jour, alors que je travaillais comme simple ouvrier, un autre ouvrier qui était sénégalais m’a dit : « Tu t’appelles Blaise Diagne ? Tu sais qu’il y a eu un Blaise Diagne très célèbre au Sénégal. » « Oui, je sais, c’est mon grand-père. » Lui répondis-je. « Je ne te crois pas. Si c’était ton grand-père, tu ne serais pas ici à travailler dans cette usine ! » m’a t-il dit.

C.D. : Vous êtes né à Paris. Etes-vous déjà allé au Sénégal ?

B.D. : J’y ai vécu alors que j’avais entre 6 mois et 2 ans. Mes premiers mots ont d’ailleurs été en wolof car j’étais gardé par un tirailleur sénégalais toute la journée.

C.D. : Etes-vous retourné au Sénégal ?

B.D. : Pas depuis 1960. Ma vie est ici, à Lourmarin. Je crains de n’avoir rien à apporter là-bas. En même temps, je ne peux y aller en touriste. Je suis originaire de ce pays. Je m’y installerai peut-être à la fin de mon mandat de maire et lorsque mes enfants seront tous grands.

C.D. : Pourriez-vous envisager un jumelage entre Lourmarin et un village sénégalais ?

B.D. : Non. Il n’y a aucune raison. Mes seules origines ne peuvent suffire à justifier un tel jumelage. Par contre, Lourmarin s’associe à un projet humanitaire concernant le Sénégal, porté par deux dentistes du village. [2]

Cet article a également été publié sur Africultures le 12 décembre 2005

© Corinne Deriot - décembre 2005
Voir aussi : www.africaquiz.com - www.francequiz.fr - www.corinne-deriot-photos.com


[1Mamadou Diouf : « Histoire du Sénégal ».

[2Le Sothiou : centre ambulatoire de soins dentaires.

Messages

  • je pense que blaise diagne est un homme politique trés riche en culture avec sa biographie son parcour il se fut un grand t’homme car néé a gorée et de nationnalité français il fut le premier noir africain a etre deputé a l’assenblé nationnale française mais un inconvénniant au sujet de sa religion car il fut etre (franc-maçon).il fait de la (franc maçonnerie)

    • Le premier député c’est Barthélémy Durand Valantin en 1848. Voici d’ailleurs sa fiche encyclopédique. C’est grâce à Valantin et aux autres Députés mulâtres de la fin du XIX siècle si le sénégal a eut l’honneur d’être la première colonie d’Afrique à produire, un Député noir en 1912. Louis Guillabert (mulâtre) père de André Guillabert était le chef de campagne de Blaise Diagne ; André Guillabert lui a été Directeur de Campagne de Senghor, une génération après.

      Blaise Diagne a grandi dans la famille Crespin à Gorée qui l’on soutenu est financé ses études alors tu vois l’avance du Sénégal en matière de représentativité politique des personnes noirs est due comme cela est démontré dans « Histoire politique du Sénégal » de François Zuccarelli à la minorité mulâtre du Sénégal qui à toujours choisie le camps de l’Afrique contre le colons. Il faut que cela se sache car de nos jours il y a beaucoup d’ignorants. Le problème avec Blaise Diagne c’est qu’il a par naïveté provoqué la mort de nombreux africains noirs et aussi mulâtres des quatre communes en les faisant envoyés se faire tuer en France pour les colons. Alors il y a deux Blaise Diagne, le grand qui défendait les colonisés et le naîf qui a provoqué une catastrophe.
      LIEN :

      Voir en ligne : Le premier député du Sénégal

    • ce fut un grand homme mai j’aimerai bien avoir des éclaircissemnts sur le fait qu’on a deux versions père lébou wolof une autre version père sérère je croirais plutôt à la 2è version car Niokhor est un prénom typiquement sérère son histoire m’interesse

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • le vrai nom de blaise est baye galaye diagne.merci de corriger.
    Pour les gens de ma generation cet homme n’avait rien d’exemplaire.
    il n’a pas convaincu les noirs de combattre pour la france,il s’est transforme en vrai sergent recruteur a une epoque ou le code l’indigenat etait encore en vigueur ou les africains etait sous l’implacable regime colonial qui avait pris la suite de l’esclavage.
    les promesses faites par la france n’ont jamais ete respectees ;de toute façon il fallait etre naif pour croire qu’il y’avait quelque chose de vertueux a se battre pour liberer un pays qui nous nous reconnaissait aucun droit.
    malheureusement ,nous avons refait la meme chose en 1939-1945.

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Un village communautaire à Bandafassi

    Un village communautaire à Bandafassi

ACTUALITÉS

  • « Mbeubeuss, le terreau de l'espoir » : première reconnaissance mondiale
    « Mbeubeuss, le terreau de l’espoir » : première reconnaissance mondiale
  • Festival Alimenterre 2014 : l'agriculture familiale
    Festival Alimenterre 2014 : l’agriculture familiale
  • Rames Guyane : 18 rameurs à l'assaut de l'Atlantique
    Rames Guyane : 18 rameurs à l’assaut de l’Atlantique
  • Football : Tunisie contre Sénégal, un autre match attend les Lions
    Football : Tunisie contre Sénégal, un autre match attend les Lions
  • La Tabaski au Sénégal : le mouton à tout prix !
    La Tabaski au Sénégal : le mouton à tout prix !
  • Études supérieures au Sénégal : le nouveau bachelier se cherche…
    Études supérieures au Sénégal : le nouveau bachelier se cherche…

Cherchez dans le répertoire

Top