Menu

Accueil / Actualités / Le tourisme se meurt…

Tourisme et découverte

Les touristes se font rares… très rares… Au pays de la Téranga

A l’heure où tout le monde parle de Goana, de l’affaire Farba Senghor, de Macky Sall, de potins de stars ou autres scandales qui débouchent sur pas grand chose, d’autres sujets encore plus cruciaux méritent d’être soulevés. Le problème du tourisme par exemple… Eh bien oui le tourisme… Il a un problème et pas n’importe lequel notre cher tourisme… Il est malade et suscite beaucoup d’inquiétudes pour certains. Et si on en parlait un peu ?

Partagez cette page Publié le 22 octobre 2008 | 7 commentaires

Le Top reza 2008, le salon touristique professionnel qui ouvre la saison touristique s’est tenu cette année à Paris les 17,18 et 19 septembre derniers. C’était l’occasion pour les 1 350 exposants de promouvoir leurs destinations face aux 26 000 visiteurs professionnels venus de France et d’Europe, c’est aussi l’occasion pour les voyagistes sénégalais présents dans le stand Sénégal de se rencontrer et de faire le point sur la saison passée et de chercher des solutions pour valoriser la toute première économie du Sénégal.

Contrairement à ce que les gens peuvent croire, le tourisme au pays de la Téranga   va mal selon certains hôteliers qui souffrent d’un grand manque de communication mais encore de la crise économique mondiale. Pis, loin d’être satisfaits, nos hôteliers présagent une mort certaine de ce tourisme en raison d’un manque apparent de vols et de promotion.

Mauvaise passe pour le tourisme… Au Sénégal
« Quand tout va au ralenti… »

Selon Laurence, responsable de la réservation des Hibiscus au Cap Skirring, « il y a un problème de vols. Non seulement le prix du billet est excessivement cher mais il n’est pas acceptable que, pour un pays comme le Sénégal, il n’y ait qu’une seule compagnie aérienne pour s’occuper de la desserte de la Casamance… ».

Alors que tout laisse à croire que le tourisme est un secteur d’activité rentable au Sénégal qui semble être l’une des destinations favorites de l’Afrique de l’Ouest, le taux de touristes est de plus en plus bas. Le Sénégal est un beau pays certes, regorgeant de beaux sites, on en disconvient pas, mais dont le tourisme jadis florissant commence à perdre de l’éclat.
Non seulement les billets sont jugés trop chers, les places aussi sont limitées d’où l’incapacité de pouvoir satisfaire la demande des clients désireux d’aller au delà de Saly.

Est-ce dû à un manque de communication ? Est-ce la faute du gouvernement ou du ministère du tourisme ?

Toujours est-il, de l’avis de certains hôteliers de la place que le problème se situe au niveau de la crise économique et de la cherté de la vie, phénomènes qui poussent donc les touristes européens à revoir leurs destinations.

Selon beaucoup, non seulement la vie est chère mais les autorités ne font rien pour aider. Déjà les moyens de communications ne suffisent pas mais le ciblage devrait être revu et élargi au maximum car principalement orienté vers l’Europe au détriment des pays anglophones.

Alors que la qualité des structures d’accueil, des prestations et de l’offre a augmenté ces dernières années, les touristes se sont répartis, tous les frais ont augmenté, côté promotion pas grand-chose a été fait, et comme dirait un hôtelier dakarois « si on attend de gagner une coupe du monde pour attirer les projecteurs, c’est mal barré ».
Le tourisme présente à l’heure actuelle un avenir inquiétant et incertain dont la solution reste entre les mains des autorités qui semble-t-il ont l’air de vouloir aider sans y parvenir.
Et malheureusement le pays compte énormément sur ce secteur pour relever les revenus en devises étrangères, l’emploi et la collecte des impôts, le développement régional, stimuler la croissance et réduire la pauvreté et le taux de chômage ...

Pour régler le problème, le ministère du tourisme penche plutôt sur la création d’école de tourisme afin de professionnaliser les acteurs de ce secteur améliorant ainsi la qualité du service. Suivant les propos de Mme Aminata Lô Dieng ministre des Sénégalais de l’extérieur, du tourisme et de l’artisanat : « la qualité du service est déterminante, il faut l’adapter aux normes internationales. Nous allons nous y atteler avec la création d’écoles de formation de niveau international en nous appuyant sur le développement du partenariat public-privé ». Elle préconise aussi la mise en place d’un nouvel aéroport d’ici 2011 afin d’élargir le trafic aérien et de mettre les touristes dans de meilleures conditions.

« La destination Sénégal n’attire plus les touristes… »

Selon la PANA avec 992 000 visiteurs en 2006 - 2007, le Sénégal n’en a enregistré que 800 000 cette année avec un taux moyen d’occupation de 34% et 300 milliards de recettes brutes, selon les chiffres publiés sur place.

À l’origine de cette baisse de la destination Sénégal, plusieurs facteurs ont été annoncés par les professionnels. Il s’agit entre autres, du manque de visibilité, de l’absence de promotion intérieure et extérieure, les forts taux de fiscalité liés à la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) qui ne permettent pas au Sénégal d’être compétitif par rapport à des destinations plus à la mode comme Cuba, Thaïlande ou d’autres pays africains. Il s’y ajoute, les problèmes de financements, l’accès au crédit n’est pas facile, l’érosion côtière entraînant la disparition des plages, la pollution des eaux, le comportement de la plupart des petits vendeurs qui par manque de sensibilisation font fuir les quelques Toubab qui s’aventurent en dehors de leur hôtel, l’état de délabrement des routes dans l’est du pays, l’augmentation du coût de l’énergie…

A cela s’ajoute l’insalubrité, impossible de faire un pas sans tomber sur un tas d’immondices ou de flaques d’eaux visqueuses causées par les pluies, un décor pas trop flatteur qui ne cadre nullement avec les photos des cartes postales ou des revues.

L’heure est grave !

Comme si cela ne suffisait pas, la compagnie Air Sénégal va mettre fin à compter du 1er octobre à sa desserte Saint Louis - Paris. Cette décision prise dernièrement par la compagnie aérienne pour des raisons de sécurité se justifie par la dimension de la piste d’atterrissage de la région de Saint Louis. Cela ne va pas sans inconvénient car contribuant lourdement à l’isolement et l’obligation de passer nécessairement par la route pour atteindre la région. Ce changement n’est pas pour plaire aux professionnels du tourisme qui ont déjà du mal à gérer la crise et s’inquiètent beaucoup sur le cours et le développement de leurs activités.

Avant Air Sénégal International, Star Airlines avait tenté d’assurer cette desserte et pendant huit ans, les avions de ces compagnies se posaient sur la piste de l’Aéroport Dakar Bango sans qu’aucun problème ne fût signalé.
Une situation peu commode qui rendra les touristes on ne peut plus rares à Saint-Louis, mais quasiment pas étonnant pour M. Pierre Ndiaye gérant du « Gîte des Grands Hommes » qui soutient avoir l’habitude d’aller lui-même chercher ses clients à l’aéroport de Dakar avec ses propres moyens de locomotion…

Mais selon les autorités, cet état des choses est précaire car ils œuvrent pour la réouverture prochaine de l’aéroport après sa réfection mais pour le moment, aucune date n’est fixée concernant la fin des travaux.

Bref rappel…

Fortement promu par les autorités sénégalaises, le tourisme a connu un essor considérable au cours des années 1970 et est devenu l’une des premières sources de devises pour le pays. Déjà en 2000, les revenus du tourisme étaient en seconde place au Sénégal après le secteur de la pêche et avant celui des arachides et des phosphates. Le tourisme avait dès lors entraîné la création directe de 12 000 emplois, et 18 000 indirectement, et a contribué à 2,5% du PNB. Contrairement à d’autres destinations africaines, Saly a également attiré un marché local résidentiel et touristique. L’histoire récente montre que le secteur est en croissance mais qu’il perd des parts du marché international et régional en expansion constante. Entre 1975 et 1997, le Sénégal est passé de la 7ème place à la 16ème dans le classement de l’Organisation Mondiale du Tourisme pour les vingt premières destinations africaines.

Le taux annuel de croissance en nombre de visiteurs était de 6,7 % de 1996 à 2000 et de seulement 4, 7 % entre 1990 et 2000. En comparaison, l’OMT estime que, pendant les quinze dernières années, le nombre de touristes internationaux au niveau mondial a plus que doublé pour atteindre 698 millions, et ceux de l’Afrique sont passés de 9,7 à 26,9 millions, donnant un taux moyen de croissance annuelle de 7 %. En 2001, l’accès aérien pour le Sénégal a été affecté non seulement par les évènements du 11 septembre, mais aussi par l’annulation des opérations d’Air Afrique, Sabena et Swissair. L’accès aérien pour l’Europe et Paris est maintenu par des vols quotidiens d’Air France et des vols réguliers d’Air Sénégal International par les nouvelles compagnies aériennes suisses et belges, ainsi qu’un plus grand recours aux vols charters.
En association avec d’autres participants, le gouvernement a adopté une cible de 1,5 millions de touristes en 2010. Ces objectifs nécessitent l’addition de 20 000 lits sur l’ensemble du pays plus que le double de la capacité en 2000. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, le Sénégal cherche à stimuler la demande et attirer des investissements significatifs. Il renforce le dialogue entre les secteurs public et privé et les acteurs locaux, et en parvenant à un consensus au sein du gouvernement sur les avantages d’un secteur touristique élargi. Un cadre politique solide pour le tourisme aura également des implications positives sur l’environnement des affaires.

Suivant le processus d’action de beaucoup de grandes villes du globe, les professionnels du tourisme de Dakar ont mis en place depuis un an, le Syndicat d’Initiative et de Tourisme de la ville de Dakar, avec à sa tête Mamadou Racine Sy nommé président du Syndicat Patronal de l’industrie hôtelière du Sénégal (Spihs). Ce syndicat qui regroupe les artisans, les hôteliers, les restaurateurs entre autres a pour priorité d’œuvrer pour le renforcement des relations entre l’Etat et les professionnels du secteur afin qu’ils entretiennent des discussions permanentes et franches dans le cadre d’un partenariat gagnant. Cela pour parer à toute éventualité…

Déjà, tel le Joola, le tourisme au pays de la téranga, se noie sous le regard impuissant des hôteliers qui se sont toujours investis à fond pour le sauver d’un naufrage imminent et évident.

Missmaft

Messages

  • Nous avons créé ce blog pour toutes les personnes qui se sont fait voler leur terrain et même raser les maisons qu ils avaient construit sur leur terrain encore une fois en toute légalité avec tous les papiers du cadastre et papiers fonciers , qu ils avaient achetés en toute régularité au sénègal et pour que tout ceux qui vont le faire ou qui ont un projet la bas , nous vous mettons en garde .
    Voici une des histoires arrivée recemment a joal Fadiouth , Senegal .Maire MR Paul Ndong et son bras droit Mr Tafa Diouf
    Le terrain a été acheté a Mr Le Maire de Joal Mr Paul Ndong , et ensuite Mr Tafa Diouf s’est occupe de cette affaire personnellement ceci en 1997.
    Voici ci dessus le terrain actuellement (ma maison rasee et le terrain cloture par un grand mur de pierre)
    Et en cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez mon terrain acheté à Mr le maire Paul Ndong et tous les travaux qui ont ete faits ainsi que la construction de ma maison :

    http://joalfadiouthsenegalarnaque.blogspot.com/

    http://joalfadiouth.blogspot.com/

    Voir en ligne : scandale financier a joal fadiouth

    • Aujourd’hui le touriste n’est plus un simple individu que les T.O transportent et hébergent mais un agent économique rationnel qui avant d’opter pour un pays ou une destination,s’informe,prospecte,et compare c’est à dire qu’il est devenu son propre agent de voyage d’ou une nécessité pour le promoteur touristique de bien pouvoir innover créer une rupture par rapport à tout ce qui se faisant auparavent dans ce secteur névralgique.

    • Un secteur clé aux mains d’un visionnaire ingénieux.
      Sa meilleure solution pour ressusciter un tourisme moribond.
      Une médecine du moyen âge, « opérer une bonne saignée », rien de tel.
      Pourquoi ne pas envoyer ce « Ministre autodidacte » en visite là ou ca marche, il en tirerait sans doute bénéfice, le pays aussi, il mérite mieux...

      Voir en ligne : fallait oser couper la branche sur laquelle on est encore assis

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • je reviens d un voyage de 4 semaines au senegal ,il est evident que le tourisme est moribond ,a part sejourner dans de grand hotel ou vous ne vous apercevez pas de la situation reel de ce pays ,coupure d electricite sans arret et je vous parle meme pas hors dakar vers joal en plus coupures d eau ,pollution ,plages degueulasses ,transports anarchiques .aeroport lamentable ...ce qui fonctionne le mieux dans ce pays ce sont les groupes electrogenes.....honnetement le senegal c termine beaucoup trop cher par rapport a d autres destination comme l asie ou en plus c propre

    • C’est tout à fait vrai !
      Tout est vraiment très sale, et en plus, les prix ne sont même pas attractifs
      Je ne parle pas des vendeurs à la sauvette, appelés bana-bana, qui vous agresse dès la sortie de l’aéroport..

    • C’est une catastrophe. On ne peut se promener sans être immédiatement pris d’assaut par des vendeurs qui vous proposent tout et finissent par vous imposer leur présence. C’est à la limite du malaise. Je n’ai ressenti cela nulle part ailleurs. Vous ne pouvez envisager des rapports normaux avec les gens qui vous abordent ainsi et qui sont à la limite de l’insulte si vous tentez de circuler tranquillement sans trop répondre. C’est très triste. Je serai la première à vouloir parler en bien de ce pays si les choses changent un peu. En attendant je déconseille fortement le tourisme au Sénégal. La saleté n’est pas le pire problème, le pire c’est ce sentiment atroce que génère le fait d’être réduit à un portefeuille sur pattes. Annette.

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • En fin un article juste sur le tourisme Sénégalais.
    Que doit on faire pour saver ce secteur si porteur s’il est bien exploité
    Tomy

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top