Menu

Accueil / Actualités / Peinture, sculpture et céramique aux AGF

Art et culture

Peinture, sculpture et céramique aux AGF

Le Off de la Biennale ne manque pas d’éclat. Samedi, au siège social d’Agf, trois artistes, un céramiste, un peintre et un sculpteur, ont procédé au vernissage de leur exposition.

Partagez cette page Publié le 1er mai 2006 | 0 commentaire

"Dak'art"Bara Diokhané, Moussa Traoré, Mauro Petroni. Trois artistes, trois sensibilités, trois disciplines artistiques se retrouvent dans la salle d’acceuil d’Agf où Mauro a déjà imprimé sa touche par des fresques murales, pour le décor intérieur.

Cette exposition fait partie des surprises réservées par le Off, dans le cadre de Dak’Art 2006. Ici, sans scénographie particulière, sont exposées 26 œuvres au total : 10 œuvres du peintre Bara Diokhané, autant de sculptures de Moussa Traoré et 6 œuvres de Mauro Petroni.

Le peintre, dans sa sentimentalité intimiste, se raconte presque, sans thème, à moins que le thème soit lui-même, dans ses errances, solitudes et souffrances de Sénégalais vivant loin des siens, aux Etats-Unis d’Amérique, pendant 15 ans. Ses tableaux se veulent à la fois ordinaires et hermétiques : l’artiste des avocats ou encore l’avocat des artistes, comme la poésie et la loi, en impose par son “obscure clarté”, laissant libre cours à toutes interprétation. Ces tableaux, peints en Amérique, pour la plupart, constituent l’aboutissement d’un long processus : défenseur des intérêts matériels et moraux des artistes, collectionneur surtout des œuvres du défunt Mor Faye et enfin, l’avocat-collectionneur d’art se révèle créateur. Bara, dans sa création artistique, a “expérimenté différentes techniques, les moments forts” de sa recherche plastique : acrylique, huile sur toile, aquarelle, collage.

Ainsi, refuse-t-il de s’enfermer dans une technique, surtout lorsqu’on fréquente Mor Faye dont la diversité et la liberté caractérisent l’œuvre. Essayant “de ne pas me répéter”, son expression obéit à une démarche personnelle, psychique, beaucoup d’impulsions et “beaucoup d’informations sur l’histoire de l’art”. “Je n’ai rien inventé, j’ajoute”, soutient Bara qui partage ainsi sa flamme artistique intérieure. Et l’acte de passer à la création n’est rien d’autre qu’une synthèse de tout un cheminement fait de sacrifices, de renoncement, de courage, de formation... Un état d’esprit et un vague à l’âme qu’exprime bien Dana, la plaie, le seul tableau titré en Wolof d’ailleurs. Dana est un mal intérieur, une sorte de condensé du thème de la Biennale : “Entendus, malentendus, sous entendus.” Une pleine réflexion sur le racisme, comme plaie béante aux Etats-Unis d’Amérique, non sans un perçant clin d’œil au fameux Ku Klux Klan (KKK). L’œuvre, sortie de son contexte américain, dénonce d’autres plaies ô combien nombreuses en Afrique ou ailleurs dans le monde, “un univers tendu et fort”.

Comme prolongement de l’individu ou de sa socialisation, les relations humaines ont acquis leur place, avec le sculpteur Moussa Traoré présentement en Italie et qui a conçu sa collection pour l’exposition d’Agf Sénégal. Il s’agit de 10 œuvres au noms évocateurs : La main dans la main, Le petit copain, Le grand copain, Le couple serré, Le couple collé, La famille... C’est comme qui dirait, une conception autour de la personne et de sa nécessaire vie en société. Moussa présente des sculptures, expression d’un dynamisme, d’une passion, mélancolie... Avec de bons et mauvais sentiments, avec des matériaux de récupération, il reconstitue des rapports humains, des vies, des ensembles, rapporte un ou des parcours, sur du métal pointé, par une sensibilité poétique qui “transcende toute perception normative de son art”.

Mauro Petroni, quant à lui, a pensé à équiper ou décorer les hommes, leur ménage. Le céramiste a exposé six pièces : 1plat, trois assiettes et deux vases.

En termes de rencontres et d’échanges, le vernissage de l’exposition qui a eu lieu, samedi, au siège social d’Agf, a encore une fois démontré le rôle social de l’art. Sous le contrôle des assureurs. Jusqu’au 28 mai.

AGF

Avenu Fadiga x Rue de Tann - Tél. 849 44 00

agf.senegal agf-sn.com

Tiré de Babacar Diop, Le Quotidien : http://www.lequotidien.sn

Photos : Kamikazz : http://www.kamikazz-photo.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top