Menu

Accueil / Actualités / Percy Sledge à Saint-Louis : dans les coulisses avec le fils de la (...)

Art et culture

Percy Sledge à Saint-Louis : dans les coulisses avec le fils de la Louisiane

Après Dakar, Percy Sledge a fait part belle à la vieille ville dans laquelle il a offert un spectacle digne de son rang. Il s’est réjoui de l’attention que lui a porté le public. Son seul regret c’est d’avoir attendu tout ce temps pour fouler la chère terre de Léopold Sédar Senghor. Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, Percy a fini par céder aux sirènes...

Partagez cette page Publié le 1er janvier 2006 | 0 commentaire

Il avait promis de donner le maximum de lui même pour que tous repartent satisfaits. Son pari est gagné. A la fin de son spectacle, l’homme est assis dans sa loge s’essuyant avec un mouchoir. Le visage clair, calme avec un sourire d’une mince moustache. Les yeux mi clos pleins de malice : « je chante toujours les yeux fermés quelque soit le public en face de moi ». Il venait de gratifier le public d’un spectacle grandiose. A ses cotés, sa femme Rosa Slegde qui l’accompagne dans tous ses déplacements. Mais il s’empresse d’attirer notre attention : « ce n’est pas pour elle que j’avais chanté « When a man loves a woman » ». Le regard admiratif, il lui pose la main sur la cuisse.

Percy Sledge est un personnage extraordinaire et de l’humour il en regorge. Sur scène, il est complètement décontracté. Si on l’observe bien, on peut le voir murmurer comme s’il ressassait la musique dans sa tête. Le son de sa musique berce les mélomanes. Car de sa musique Percy Slegde argue : « c’est une forme d’expression pour réconcilier les cours et donner du plaisir aux gens ».

D’ailleurs c’est cette volonté à adoucir les cours qui l’amène à toujours chanter l’amour qu’il considère comme : « tout ce qu’une personne possède en elle, c’est l’essence de ma vie ». La présence de sa femme à ses cotés constitue une sur motivation « mes prestations sont différentes selon qu’elle est présente ou non , elle me donne la force de continuer ,elle constitue des racines pour moi ».

Agé de 65 ans, Percy Sledge a connu la consécration dont rêve tout musicien en étant porté au « Rock’n Roll All of Fame » en 2005.

Sur l’évolution de la musique Rap dans son pays Percy Sledge dira : « c’est vrai que je n’écoute pas le rap mais je peux vous dire que cette musique est la continuation de ce que nous faisions à notre époque. Les jeunes aussi expriment ce qu’ils vivent à leur manière. Nous avions notre façon à nous de nous exprimer contre l’injustice qui frappait les hommes de couleur, aujourd’hui les choses ont beaucoup évolué. A notre époque pour commander un hamburger il fallait passer par la fenêtre mais actuellement on emprunte la porte comme tout le monde ». Avant de prendre congé de la ville tricentenaire, Percy Sledge a exprimé un voeux qui lui tient à cœur : « c’est de voir ma fille Sandry Sledge sortir son premier disque ».

Un clin d’oeil aussi aux organisateurs du festival international de jazz de Saint-Louis « je ne savais pas qu’il y’avait un festival de cette dimension ici, toutefois je reste ouvert à toutes les propositions et ce serait pour moi un grand plaisir de revenir à Saint-Louis ».


Voir en ligne : Le221, mensuel de culture et de sports au Sénégal

Salam Diakhaté - Photos : Agence Kamikazz

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Nouvel aéroport international de Dakar : ce qu'il faut savoir

    Nouvel aéroport international de Dakar : ce qu’il faut savoir

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top