Menu

Accueil / Actualités / A quoi ressemblera l’aéroport du futur ?

Société, reportage / Transport

A quoi ressemblera l’aéroport du futur ?

Un aéroport du futur qui vous transporte dans un film de science fiction, voilà à quoi ça pourrait ressembler : des bagages des passagers collectés par des robots, des voyageurs patientant dans une salle aménagée en jardin d’intérieur avant d’avoir leur visage scanné et de passer les contrôles entièrement automatisés…

Partagez cette page Publié le 5 septembre 2017 | 0 commentaire

L’aéroport du futur n’est plus si loin de la réalité à mesure que les nouvelles technologies se développent. Adieu les longues files d’attente dans des terminaux bondés et place à des moments bien plus agréables. En avance dans ce domaine, l’Asie-Pacifique est concurrencée par le Moyen-Orient. D’importants hubs cherchent en effet à attirer un nombre croissant de passagers qui choisissent par où transiter lors de leurs voyages.

Ces régions du monde sont « les deux principales poches de croissance en innovations technologiques car elles sont en réelle concurrence pour être les hubs mondiaux du transport aérien », a déclaré à l’AFP Seth Young, directeur du Centre pour les études en aéronautique à l’Université de Ohio (Etats-Unis). « Si je prends un vol New York-Bangalore, vais-je passer par Abou Dhabi, Dubai ou Hong Kong ? Voilà un énorme marché », a-t-il ajouté. Mais les changements représentent aussi un énorme défi dans la mesure où ils obligent d’importants aéroports à bouleverser leurs modes de fonctionnement en place depuis des décennies, ce qui pourrait leur coûter cher.

Reconnaissance faciale déjà disponible à l’aéroport de Dakar

A l’instar d’un aéroport comme celui de Singapour-Changi, considéré comme l’un des meilleurs au monde, l’aéroport Léopold Sédar Senghor s’est mis à la pointe de la technologie en introduisant des cabines automatisées de reconnaissance faciale automatique. Les passagers peuvent depuis le mois de juillet passer rapidement tout le processus (contrôle sécurité, immigration) sans avoir affaire à un seul humain. (actuellement à l’arrêt).

Europe et USA à la traîne

L’Australie a annoncé en juillet un investissement de 22,5 millions de dollars australiens (15,1 millions d’euros) dans la technologie de reconnaissance faciale qu’elle compte introduire dans tous ses aéroports. Dubai Airports y songe aussi.

Des robots font leur apparition dans d’importants hubs parmi lesquels l’aéroport de Séoul-Incheon, où ils accomplissent différentes tâches (transport de bagages, nettoyage…), tandis que le nouveau terminal de Singapour sera équipé de robots nettoyeurs en uniforme de majordome.

L’enregistrement en libre-service et l’impression des cartes d’embarquement sont déjà communs, de nombreux voyageurs imprimant leurs billets chez eux ou dans les aéroports. Par ce biais, les aéroports essayent aussi d’améliorer leur image pour attirer davantage de passagers en transit. Le nouveau terminal construit à Singapour est un complexe de 10 étages baptisé Jewel (Bijoux), comprenant de nombreux magasins et restaurants, et dont l’attraction principale sera une cascade de 40 mètres dans un jardin intérieur.

Certains hubs introduisent désormais l’enregistrement de bagages en libre-service, qui permet aux passagers d’imprimer et d’étiqueter leurs bagages après avoir scanné leur carte d’embarquement. Ils déposent ensuite les bagages sur un tapis roulant. Si les hubs en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient sont en pointe dans ce domaine, les aéroports aux Etats-Unis et en Europe sont à la traîne.

« L’Europe et les Etats-Unis étaient les leaders du marché de l’aviation pendant les 75 à 100 dernières années, mais il est très difficile de révolutionner vos infrastructures reposant sur des fondations qui ont 75 ans », explique Seth Young. C’est aussi une question de « volonté politique », les économies émergentes cherchant à construire des aéroports très modernes en vue d’améliorer leur statut à l’échelle internationale, ajoute-t-il.

Des investissements lourds

Certains aéroports en Europe et aux Etats-Unis sont prêts à investir beaucoup. Le principal aéroport de New York, John F. Kennedy, projette ainsi de dépenser 10 milliards de dollars (8,5 milliards d’euros) pour rénover ses infrastructures dans l’espoir d’améliorer sa réputation peu enviable.

De son côté, celui d’Amsterdam-Schiphol ambitionne de devenir le premier aéroport numérisé au monde d’ici à 2019. Il teste des scanners de bagages à main qui permettent aux passagers de laisser ordinateurs portables et liquides dans leurs sacs, et il explore la technologie biométrique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top