Menu

Accueil / Découvrir / Photos et vidéos / Photographes / Cathy Suarez

Cathy Suarez

Cathy Suarez est née à Dakar en 1967. Après avoir passé dix ans dans l’entreprise familiale, la Régie immobilière Mugnier, elle décide de reprendre des études de photographie.

Partagez cette page Publié le 25 mai 2010 | 2 commentaires

En 2002, elle s’inscrit à l’EFET à Paris d’où elle ressort avec un diplôme d’Etat. En 2003, elle poursuit ses études à Barcelone pour une spécialisation en photoreportage à l’école de photographie CEV.

Après avoir tâté plusieurs types de photographie, elle préfère se spécialiser dans les portraits et les reportages sur les gens. Touchée par les traditions et les cultures des pays qu’elle visite, elle prépare sa première exposition en photographiant des regards d’enfants. Cela ne l’empêche de poursuivre la photographie de paysages, ce qui fera l’objet d’une exposition sur les îles du Cap-Vert puis de s’essayer sur la photographie en macro, technique fortement utilisée lors de sa troisième exposition sur l’eucalyptus.

Protection de l’environnement

Au Sénégal, elle côtoie depuis de nombreuses années Haidar El Ali, grand écologiste fortement impliqué dans la protection de l’environnement. Avec lui, elle fera plusieurs campagnes de sensibilisation auprès des jeunes, tant pour la protection de la mer comme pour la reforestation au Sénégal.

Ses expositions

Sa toute première exposition aura lieu à Moya, ville liée à son enfance aux Canaries, durant les vacances d’été.

En juillet 2005, l’Ambassadeur des îles du Cap-vert au Sénégal qui savait qu’elle faisait un travail sur son pays, lui demande de l’exposer à Dakar pour l’anniversaire des 30 premières années d’indépendance. A continuation, elle exposera au musée de l’IFAN. Le thème est « Vie et traditions du Cap-Vert ».

Du 16 au 29 octobre 2006, elle participe à une exposition collective à Las Palmas de Gran Canaria. L’exposition s’intitule « Le prix des pirogues » et reprend des photographies publiées par le journal Canarias 7. Il s’agit d’expliquer que les départs en pirogue depuis la Casamance ont un effet dévastateur dans la région, non seulement sur un plan économique mais aussi pour l’écologie car ce sont des forêts entières qui sont dévastées pour coupes les bois nécessaires à la construction de ces pirogues gigantesques. Les canariens apprécient cette nouvelle façon d’envisager les problèmes liés à l’émigration et Cathy est invitée à donner son point de vue dans des émissions de télévision telles que « El callejón de la luna » ou de nombreuses radios. Elle donnera même des conférences pour étayer ses propos.

Le 19 décembre 2007, elle change de registre en exposant « Eucalyptus » en collaboration avec son amie Claudia Heller spécialisée dans la création de bijoux. L’été antérieur, l’île de la Grande Canarie voit la moitié de sa superficie forestière dévastée par des incendies criminels et ensemble elles décident de vendre un tableau fait de photographie et d’un pin à l’effigie d’une graine d’eucalyptus. Grâce à elles et à leur collaboration avec le Rotary international de Las Palmas et Foresta, une ONG. spécialisée dans la reforestation, une cinquantaine d’arbres d’essences précieuses et autochtones pourront être replantées dans le sud de l’île, principalement atteint par le fléau. L’exposition aura beaucoup de succès, au point d’être représentée 3 fois dans des lieux et des villes différentes.

Du 28 novembre au 14 décembre 2008, Cathy change encore une fois de registre, tout en restant dans l’environnement. Elle présente pour la première fois son exposition « Le plastique en Afrique » à la Maison de la Culture de San Mateo, lieu important dans le milieu de la culture de la Grande Canarie. D’ailleurs, son succès ne se dément pas et l’exposition permettra de dépasser tous les quotas de visite jusque là enregistrés durant l’année 2008.

Pourtant, Cathy ne considère pas ses photos comme une œuvre artistique mais plutôt comme une nouvelle sensibilisation aux réalités vécues sur le continent africain. Et c’est certainement ce qui plaît aux canariens car elle vit entre deux pays, le Sénégal et l’Espagne et sa vision de l’Afrique lui permet souvent de souligner des aspects passés inaperçus dans le quotidien africain.

Ses expériences

Cathy collabore tout d’abord avec le magazine Granazul Magazine qu’elle met en place avec celui qui deviendra son mari, Oscar Ramirez Mesa. Elle apprend ainsi à maquetter un journal et gère les photographies, parfois les siennes ou d’autres collaborateurs photographes et reporters. Granazul Magazine est spécialisée dans les sports liés à la mer.

En parallèle, elle devient collaboratrice d’une agence de presse, ACFI Press qui l’envoie essentiellement photographier des personnes célèbres, des politiciens ou des évènements socioculturels ou politiques. Cela lui permet de mieux se familiariser avec le monde de la presse et les méthodes de travail utilisées.

Enfin, elle devient collaboratrice free-lance de Canarias 7 dans son édition du Dimanche. C’est un quotidien canarien, le deuxième acheté et lut aux îles Canaries. Là, elle se spécialise dans les reportages socioculturels. Plusieurs de ses reportages auront lieu au Sénégal, son pays de prédilection.

Ses objectifs

Cathy pense que la meilleure façon d’aider son prochain, c’est de permettre la sensibilisation et la transmission d’information aux nouvelles générations avant qu’il ne soit trop tard. A son échelle, elle espère éveiller la conscience humaine sur la nécessité de prendre des décisions pour protéger un environnement et une nature qui ne nous appartient pas et qui doit être transmise aux enfants.

Messages

  • sn

    Bonjour, j’aimerai vous contacter pour une proposition de couverture
    merci

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • es

    intento localizar a la autora, javier cabrera, las palmas de gran canaria, islas canarias.

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

ACTUALITÉS

  • Trouvez l'hébergement le plus proche de l'aéroport international Blaise Diagne
    Trouvez l’hébergement le plus proche de l’aéroport international Blaise Diagne
  • Diaspora et Entreprenariat
    Diaspora et Entreprenariat
  • Ndumbeland, le groupe de musiciens accompagnateurs qui monte
    Ndumbeland, le groupe de musiciens accompagnateurs qui monte
  • DAKAR-Mbour en bus Sénégal dem dikk, enfin possible
    DAKAR-Mbour en bus Sénégal dem dikk, enfin possible
  • Le site de l'aéroport Léopold Sedar Senghor tombe aux mains des Marocains
    Le site de l’aéroport Léopold Sedar Senghor tombe aux mains des Marocains
  • Dj Cortega : initiateur de l'Electrafrique
    Dj Cortega : initiateur de l’Electrafrique

Cherchez dans le répertoire

Top