Menu

Accueil / Actualités / Centre culturel et résidence d’artistes de Sinthia.

Art et culture / Entretiens et portraits

Centre culturel et résidence d’artistes de Sinthia.

Localisé dans le village de Sinthia à 60 km de la commune de Tambacounda, le centre culturel et résidence d’artistes, Thread, reçoit des professionnels de l’art tout en leur offrant un cadre favorable à la production artistique.

Partagez cette page Publié le 19 mars 2017 | 0 commentaire

Hormis, sa construction écologique qui permet de conserver longuement l’eau de pluie pour les besoins du maraichage pour les femmes du village, Thread mène diverses activités destinées aux populations de la localité. Entretien avec Moussa Diogoye Séne, le Manager Général de l’un des centres culturels les plus particuliers du Sénégal.

En quelle année, le centre a démarré ses activités et pourquoi avez-vous choisi de l’implanter à Sinthia ?
Le Thread a été inauguré le 04 mars 2015 et a démarré ses activités le même mois. L’implantation du centre dans ce village du département de Tambacounda peut s’expliquer par plusieurs choses. La fondation Joseph et Annie Albers basée à Connecticut aux Etats-Unis, organisation qui a mis en place ce centre, travaillait déjà dans la localité pendant plusieurs années. Et comme vous pouvez le voir à coté, il y a une mutuelle de santé dont l’un des principaux partenaires est justement cette organisation.

Etant donné que la maison médicale et les promoteurs du centre sont des partenaires depuis longtemps, ils ont eu à mener les discussions ensemble jusqu’à parvenir à construire ce centre culturel pour permettre d’allier deux choses : la santé et l’art. Ce qui permettrait aux populations qui viennent se soigner à la maison médicale avant de se faire consulter, de passer visiter le centre, voir autre chose qui peut même leur faire oublier la situation de malade. Ça c’est une raison en plus de beaucoup d’autres considérations qui ont fait que ce centre a été mis en place ici.

Quelle est la mission du centre et sa capacité d’accueil ?
Les missions du centre sont vraiment de pouvoir permettre aux artistes de travailler, de produire et de s’épanouir globalement. Parce que c’est un espace, je dirai, unique qui est favorable à la concentration où on peut rester travailler pendant deux à six semaines pris en charge entièrement par l’organisation avec un staff disponible pour aider à faire le travail qui a été planifié avant l’arrivée de l’artiste. Au préalable, c’était deux grandes résidences qui peuvent servir d’atelier en même temps avec toutes les commodités qu’il faut qui peuvent vous permettre de rester travailler dans votre résidence. Si vous voulez, vous pouvez faire la cuisine pour vous-même et vous concentrer le maximum possible. Ou bien aussi manger dehors parce que nous avons une cuisinière qui se charge de la restauration. Mais au fil du temps, les chambres d’hôtes que nous avons ont servi de résidence aussi. Il est arrivé d’avoir cinq résidents en même temps. Parce qu’il y a des résidents qui travaillent ensemble.

Comment les artistes sont-ils admis dans ce centre ?
C’est le secrétaire Exécutif de la fondation qui se charge de ce volet. C’est à travers une sélection.
Parlez-nous du profil des artistes qui sont admis dans cette résidence ?
Thread est là pour tous les artistes du Sénégal, de la sous-région, de l’Afrique et de tous les continents. Nous avons reçu des artistes sénégalais, européens, américains, asiatiques.
Ce sont des écrivains, des cinéastes, des réalisateurs de films, ce sont des peintres, des photographes, ce sont des gens qui s’activent dans l’entrepreneuriat parce que nous avons eu à recevoir des gens qui ne faisaient que de la formation dans la fabrication des produits locaux et de détergents. Alors, ce sont vraiment des artistes polyvalents. Nous avons reçu des peintres qui ont en même temps travaillé sur la teinture. Nous avons eu à recevoir des artistes conceptuels qui vous font du dessein et d’autres types d’activités qui peuvent engager la population à savoir la peinture, etc. Il y a eu également des artistes calligraphes arabes qui ont pour mission de promouvoir la paix.

Hormis les activités que vous déroulez dans le centre, nous imaginons qu’il y a des actions que le centre mène pour le bénéfice des habitants de Sinthia ?
Thread peut être considéré comme un laboratoire dans la mesure où c’est une structure à partir de laquelle nous développons beaucoup de projets dans le domaine de l’éducation, dans le domaine de la santé et principalement de l’agriculture. D’ailleurs, nous avons un technicien agricole qui est là en permanence pour accompagner ces associations de femmes et d’hommes dans le domaine du maraichage et de l’apiculture dans trois villages : deux villages du département de Tambacounda : Dialiko et Sinthia, mais également un village de la région de Kolda. Et donc ce que nous faisons à travers le programme agricole, c’est non seulement aider les populations dans l’organisation communautaire, les former en techniques modernes de maraichage. Ce qui leur permet de produire des produits maraichers qu’elles vont commercialiser et d’avoir des ressources financières qu’elles vont déposer dans leur compte à banque pour lesquels nous les avons aidés à ouvrir.

Ce projet de maraichage implique 140 femmes du village de Sinthia. Ces femmes ont commencé avec le maraichage dans le centre avec un espace aménagé à cet effet. Et quand nous avons vu qu’il y a eu un engagement et tout se passait bien, nous avons pu avoir un hectare non loin du centre avec une motopompe solaire à eau. Au moins ce que nous pouvons noter, c’est que depuis que nous avons commencé ce programme de maraichage, à chaque moment de l’année, on pouvait retrouver plus de trois légumes dans le village en dehors du gombo. Je trouve ça très significatif, dans la mesure où ce sont les populations qui utilisent d’abord ces légumes qu’elles achètent elles-mêmes et quand il y a une production abondante et qu’elles ne peuvent pas l’utiliser entièrement ça peut être vendu en dehors du village.

L’autre chose est que le fait d’avoir une résidence d’artistes dans une zone rurale, nous a poussés de mettre en place un projet de promotion de la culture et de la créativité artistique pour 8 écoles de la localité.
Pour le volet promotion de la culture, il est libre à chaque école de voir tout ce qui peut être intéressant dans le village en collaboration avec les populations pour le valoriser et le ressortir à travers des activités culturelles.
Concernant le volet créativité artistique, des élèves sont choisis dans ces écoles pour venir tous les trois mois durant l’année scolaire ici au centre quand il y a la présence d’un artiste pour travailler avec lui. Nous avons déjà eu à travailler avec les enfants sur l’art magique, la peinture, le dessin et même des activités d’architecture, entre autres.
Nous avons également d’autres types de programmes qui ciblent les jeunes pendant l’hivernage  . Des activés sportives qui permettent aux jeunes d’avoir un tournoi de Thread pour au moins une dizaine de villages. Nous fédérons plus de 2000 à 3000 personnes à chaque jour de match. Et ce n’est rien d’autre que pour contribuer au raffermissement des relations entre les jeunes de la localité et faciliter la visibilité du centre qui est dans une zone rurale. Le centre leur appartient avant tout.
Toutes ses activités vont nous permettre également de nous déployer facilement quand il faut travailler avec les populations.

Amédine Faye

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Les peintures sous-verre, art populaire du Sénégal

    Les peintures sous-verre, art populaire du Sénégal

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top