Menu

Accueil / Agenda Le 221 / Conférence sur le thème : « La contribution des NTIC au développement de (...)

Rencontre et débat

Conférence sur le thème : « La contribution des NTIC au développement de l’Afrique ».

Conférence sur le thème : « La contribution des NTIC au développement de l'Afrique ».

Le samedi 8 août 2015, se tiendra à la fondation Rosa Luxemburg, une conférence sur le thème : « La contribution des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) au développement de l’Afrique ».

Samedi 8 août 2015 /  / Fondation Rosa Luxemburg
Partagez cette page Publié le 5 août 2015 | 0 commentaire

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ont connu un développement rapide à partir des années 1990 avec la généralisation de la téléphonie mobile et de l’accès à internet. Ces changements ont eu un effet comparable à ceux d’une révolution industrielle sur les économies des pays développés. Pendant deux décennies, les perspectives économiques liées aux nouveaux marchés, en rapport avec ce secteur, ont stimulé la croissance économique de ces pays avec la création de millions d’emplois dans divers secteurs liés à la recherche, à la production et aux services.

L’Afrique a également connu un développement important du secteur des télécommunications, avec une forte pénétration de la téléphonie mobile et des services associés. Les télécommunications sont d’ailleurs souvent considérées comme un des principaux moteurs de la croissance économique dans plusieurs pays en Afrique de l’ouest, avec des chiffres d’affaires atteignant, pour certains opérateurs, plusieurs centaines de milliards de francs cfa.

L’Afrique, avec son milliard d’habitants, est ainsi souvent considérée comme le relais de croissance des opérateurs occidentaux, du fait de son potentiel démographique et du rapide retour sur investissement dans le secteur des télécoms. Les investissements étrangers s’y poursuivent d’ailleurs, avec notamment les perspectives liées à l’internet mobile, aux services bancaires et aux autres « services à forte valeur ajoutée ».

Cependant, l’absence d’écosystème dans le domaine des nouvelles technologies et le contrôle quasi-total du secteur par des multinationales étrangères limitent considérablement l’impact de ce secteur sur les économies nationales. Au-delà des chiffres d’affaires colossaux réalisés, une analyse détaillée du secteur des télécommunications (et des TIC de façon générale) permettrait de se rendre compte à la fois de son fort potentiel et des retombées limitées pour nos économies.

Pourquoi l’Afrique n’a-t-elle pas encore bénéficié économiquement des technologies de l’information et de la communication ? Dans quelles conditions la révolution numérique impulsera-t-elle une révolution économique en Afrique ? Les stratégies de développement basées sur les TIC intègrent-elles les réformes nécessaires sur le plan de l’éducation, de la recherche et de la formation professionnelle ? Dans quelle mesure ce secteur peut-il profiter réellement aux économies nationales ?
Telles sont, entre autres, les questions qui vont être abordées lors de ce « samedi de l’économie ».

Le Conférencier montrera qu’une stratégie d’émergence économique basée sur les sciences et technologies présuppose une vision globale passant notamment par l’anticipation des besoins futurs, le renforcement des capacités techniques des entreprises et le soutien de celles-ci à travers des programmes publics d’investissement et de recherche. Des réflexions stratégiques suivies de réformes et d’actions concrètes, notamment dans les domaines de l’éducation, de la recherche et de l’appui aux entreprises nationales, peuvent conduire à une modification structurelle du secteur des TIC avec à la clef une part plus importante des économies africaines dans les chaînes de valeur globale.

Cette rencontre offrira également l’opportunité de revenir sur la prise en compte de la problématique technologique par le Plan Sénégal Emergent (PSE) et sur les débats récents autour du passage de l’analogique au numérique.
Le Conférencier
Pour introduire le sujet, ARCADE et la FRL ont invité Ely Manel Faye. Après son baccalauréat obtenu au Prytanée militaire de Saint-Louis, il effectue ses études supérieures à l’École Polytechnique Universitaire de Lille en France où il obtient un diplôme d’ingénieur en Électronique, après une année de spécialisation à l’Ecole Polytechnique de Montréal au Canada.

Ely Manel Faye a une expérience de 15 ans dans le domaine de l’électronique et des télécommunications. Il a exercé les fonctions successives d’ingénieur de conception, d’ingénieur système et d’Ingénieur support au sein de grandes multinationales du secteur, telles que la société américaine Texas Instruments ou la société japonaise Advantest.

Ely Manel Faye est fondateur et Président-Directeur général du groupe SolutronIQ SA, présent au Sénégal et en Côte d’Ivoire, et spécialisé dans la conception et la maintenance de systèmes dans le domaine de l’électronique et des télécommunications.
Agenda
8:30-9:15 : Arrivée & inscription des participants
9:15-9:30 : Mots de bienvenue de la FRL
9:30-10:00 : Introduction de Demba Moussa Dembélé
10:00-10:45 : Présentation par Ely Manel Faye
10:45-11:00 : Pause-santé
11:00-12:30 : Débats
12:30-12:45 : Synthèse & Conclusion
12:45 : Cocktail

Pour Rappel :
Quoi : « La contribution des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) au développement de l’Afrique. »
Qui : ARCADE et Fondation Rosa Luxemburg.
Quand : samedi 8 août à partir de 9h.
Où : fondation Rosa Luxemburg : Lot Sotrac Mermoz 43, située au fond de la rue se trouvant entre l’Université du Sahel et la maison de Cheikh Béthio Thioune.
Tél : 33 869 75 19
Email : info rosalux.sn ; Web : www.rosalux.sn ; www.arcade-afrique.org

Voir en ligne : www.rosalux.sn

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

>  Cherchez dans l'agenda

Top