Menu

Accueil / Actualités / Dip : une nova du hip hop sénégalais

Art et culture / Entretiens et portraits

Dip : une nova du hip hop sénégalais

C’est en 2012 que Dip, de son vrai nom Dominique Preira, a officiellement démarré sa carrière d’artiste-rappeur. Du haut de ses 25 ans, il a à son actif une mixtape, un album, des hits et des consécrations. Suffisant pour faire de lui l’un des meilleurs de ses contemporains et un artiste bien respecté par les ténors du hip hop sénégalais.

Partagez cette page Publié le 21 avril 2017 | 0 commentaire

Entretien

En 2015 et en 2016, vous aviez remporté des distinctions au Galsen Hip hop Awards, à des festivals : meilleur artiste, meilleure mixtape, etc. Honnêtement vous attendiez-vous à une telle réussite ?

Bien sur, je m’y attendais. Je ne me dis pas que ces distinctions c’est la réussite. C’est juste des trophées symboliques qui prouvent que l’artiste a réalisé quelque chose. La réussite ce n’est pas d’avoir des trophées, mais le fait que ma musique soit davantage connue et écoutée à travers le monde.

Comment arrivez-vous à gérer ces moments de gloire ?

Honnêtement je les partage avec ceux qui m’ont aidé et qui continuent de le faire jusqu’à présent. C’était difficile au début avec mes parents quand je débutais. Mais voilà aujourd’hui, ces consécrations me réconfortent d’une part et d’autre part je les prends comme une source de motivation pour aller encore plus loin.

Justement êtes-vous suffisamment conscient du fait que vous êtes très suivi par ces jeunes ?

Bien sûr ! J’en suis conscient mais pas au point que ça influence carrément ma musique, mon idéologie. N’empêche à chaque fois que je parle, que je leur donne des conseils, je fais attention à ce que je dis.

Donc vous essayez de produire un comportement exemplaire ?

Exactement.

Dans vos clips-vidéos, vous faites apparaitre des symboles de votre religion, est-ce une manière de revendiquer le fait que vous êtes chrétien croyant pratiquant ?

Non ! Je ne revendique pas que je suis chrétien. Je ne pense pas que c’est une chose que je dois revendiquer. C’est naturel. C’est en moi. Je suis né chrétien. Je n’ai pas besoin de revendiquer que je suis chrétien croyant pratiquant.

Pour finir, quels sont les défis que l’artiste rappeur de Grand-Yoff compte accomplir prochainement dans le domaine de la musique et dans le social ?

Oui dans le social, on a eu à poser notre emprunte sur différents projets. Il y en a beaucoup. Ce coté social se fera et se poursuivra surtout avec l’avancement de ma musique. Ma notoriété pourrait me permettre d’aider beaucoup de gens, de dérouler beaucoup de projets sociaux surtout à l’endroit des enfants de la rue, par exemple. J’aimerais bien venir en aide tous les gens que je pourrais aider dans ma vie, s’il plait à Dieu.

Dans le domaine de la musique, j’aimerais que quand on entend ma musique à l’extérieur que ça leur rappelle le Sénégal, à l’image de Youssou Ndour, de Akon, de tous les gens qui ont porté le drapeau du Sénégal très haut.


Voir en ligne : https://www.youtube.com/watch++cs_INTERRO++v=ZZb...

Amédine Faye

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top