Menu

Accueil / Découvrir / Rites et traditions / Initiation en pays Bassari

Initiation en pays Bassari : voyage au cœur des rites et traditions

C’est à Ebarack, village responsable du fétiche d’initiation des villages Ebarack, Ethiolo et Egnissara, situé à 90 kilomètres de Kédougou que les Bassaris se sont donnés rendez vous pour sacrifier une vieille tradition, l’initiation qui marque le passage au stade d’adulte.

Partagez cette page Publié le 4 juillet 2012 | 8 commentaires

Le mois de mai est généralement l’occasion pour les Bassari de se retrouver au pays pour se consacrer au rite. C’est toute une procédure qui entoure cette coutume. D’abord, au mois d’avril, les vieux des trois villages se réunissent pour confirmer la tenue de l’initiation. En cas de réponse positive, le chef du village convoque une réunion à la place du village en ces termes « j’ai reçu une information d’Ebarack qui dit que nous devons initier des enfants entre 14 et 16 ans, qui sont ceux qui veulent initier leurs enfants ? »

Par la suite, on procède au nettoyage de la place du village, le lieu de rendez vous incontournable. Chaque famille d’initié achète un coq, monte deux cases, l’une pour garder les cadeaux offerts par les invités, et l’autre pour le papa du garçon qui y garde son vin.

Bassari, de l’ocre à la lumière, Olivier Barrière, 2005

Bassari, de l'ocre à la lumière, Olivier Barrière, 2005 Acheter

Généralement les invités arrivent le samedi à 16h. Des jeunes dansent toute la soirée en faisant le tour de la place du village jusque tard, avant de partir passer la nuit en brousse. Le lendemain dimanche, c’est la sortie de la grotte. Dés qu’ils arrivent, les jeunes préparent les arcs de combat qui vont leur servir de bouclier dans les combats. Ensuite, les vieux se réunissent au petit fétiche du village, on égorge les coqs qui permettent de lire l’avenir de l’initié. Selon les entrailles de ce dernier (le noir est signe d’un destin malheureux), (le blanc est signe de bonheur). Les résultats sont sanctionnés par les coups de fusil pour signaler aux masques qui sont à la montagne que les vieux sont prêts. Au dernier coup de fusil, les masques descendent de la montagne et se dirigent au champ de bataille. Sur les lieux, les initiés sont pris en main par les anciens, et les masques se prennent en charge.

L'avenir se lit dans les entrailles du poulet

Le chef du village pose la question suivante au chef des masques « avez-vous bien dormi à la montagne ? » Après une réponse affirmative, les juges donnent le signal du démarrage des combats. Pour tester leur courage, les jeunes initiés défient un masque dans un véritable duel, encouragé par le reste des hommes.

Si le chef de village a un fils en âge de subir l’initiation, ce dernier ouvrira les réjouissances. Chaque initié combat deux fois avec deux masques différents. Ces combats sont une partie importante de la tradition Bassari, les visiteurs sont acceptés mais il est défendu de photographier.

A la fin des combats, c’est le retour à la place du village, les masques reçoivent les cadeaux des mains des mamans des initiés, généralement de la farine de mil et d’arachide.

L’après midi vers 17h, les initiés des autres villages sont conduits au grand fétiche. A partir de ces moments, c’est un total changement de cap, les initiés jusque là très libres, se métamorphosent, ils n’ont plus droit de regarder ni à gauche, ni à droite. On les fait boire, on les amène aux toilettes. Après quelques tours à la place du village, les initiés disparaissent dans la nature avec le sentiment du devoir accompli pour avoir franchi un premier cap. Trois classes d’âge existent chez les Bassaris et tous les six ans il y’a un changement de classe d’âge.

LE SAVIEZ VOUS ?

L’animal fétiche des Bassari est le caméléon

En pays Bassari l’éducation débute généralement entre 0 et 10 ans.
A l’âge de 11 ans, tous les soirs, les garçons quittent le domicile familial après le repas du soir et vont dormir à la place du village. Tous les garçons de la même classe d’âge partagent la même case.

1ère classe : s’occupe des petites corvées, couper le fonio, récolter…

2ème classe : toute la classe est au service de quelqu’un, elle paie l’hydro miel pour tous les vieux du village, gardienne de tout ce qui se passe et surveille la première classe.

3eme classe : c’est la dernière phase, à genoux devant le public, chaque personne reçoit 4 coups de cravache, après vous vous occupez de toutes les activités qui se passent dans le village et on peut prétendre à toutes les responsabilités notamment celle de chef du village.

Samba Diop. Photos prises le 18 mai 2008 par Romuald Taylor et Samba Diop

  • Case des initiés
  • Le masque
  • Le retour des combats
  • Le coup de fusil pour le ralliement
  • Descente de la grotte

Messages

  • Ces rites sont souvent tenus secrets donc je peux comprendre que votre recherche n’a pas était facile. Mais il est important de diffuser des informations précises à ce sujet ou si vous n’êtes pas totalement certain de vos sources de tenir des arguments lus ouverts, par exemple en invitant les locaux ou les connaisseurs à contribuer à votre article pour l’enrichir.

    Merci,

    Lara

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • je suis bassari de lait et de sang. Monsieur, j’ai grandi au pays bassari. quand vous devez publier des choses qui ne vous moulent pas, par respect des tributaires de la coutume renseignez- vous mieux. l’explication des classes d’âge est loin de rendre compte de la réalité et de leur valeur. la liste non plus, n’est pas exhaustive. pourquoi vous êtes- vous pressez de publier des informations tronquées ? dommage

    Voir en ligne : initiation en pays bassari

    • Il est toujours compliqué de faire une syntése sur des rites coutumié assez secret ...Ces informations on été prisent de Balingo de etiolo, Ils nous est souvent dificille de vérifier les informations surtout que je ne suis pas Bassari, mais vous pouvez contribuer en nous apportant des témoignages...

    • Bonjour nongoma,
      je pense que vous deviez commencer par féliciter et remercier ces gents qui ont bien essayé de promouvoir la culture de votre région, comprenez simplement qu’il n’y a pas beaucoup d’organe prés à se déplacer de dakar jusqu’à kédougou sans aucun franc fournis par votre région ou par une quelconque association pour la promotion de votre région. Et après remerciement vous pouvez signaler les manquements à revoir sur cet article que eux puisse ajuster. moi je travaille pour un autre portail culturel et c’est sur ce site que je récupère des info pour les relayer.
      Merci à toute l’équipe qui travaille sur ce site

    • merci beaucoup c’est tout un plaisir de diffusé ces informations on peut pas consacré le tourisme au senegal oriental que sur l’exploitation de l’or et que la région est très riche en ressource et patrimoine touristique comme la zone de fongolinbie je suis désolé si j’attends la réaction du monsieur qui nous parle de coutume sacré ensemble en tant que acteur du tourisme de developpé le tourisme durable dans le senegal oriental et bravo à balimgo pour toutes ces infos

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • je suis bassari de lait et de sang. Monsieur, j’ai grandi au pays bassari. quand vous devez publier des choses qui ne vous moulent pas, par respect des tributaires de la coutume renseignez- vous mieux. l’explication des classes d’âge est loin de rendre compte de la réalité et de leur valeur. la liste non plus, n’est pas exhaustive. pourquoi vous êtes- vous pressez de publier des informations tronquées ? dommage

    • J’était un ami du père Xavier Gobaille j’ai eu la chance avec lui de rendre visite à votre peuple, un souvenir inoubliable pour moi, après il à été muter à Richard Toll ou je lui est rendu visite à quelques reprises. Vous l’Avez connue !

      Merci de me répondre

      Normand Huot

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Bon travail.
    Il faut dire cependant qu’il n’existe pas que trois classes d’age chez lea bassari du Sénégal. Essayez d’approfondire vos recherches.

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Promotion de fin d'année sur les cartes routières du Sénégal

    Promotion de fin d’année sur les cartes routières du Sénégal

ACTUALITÉS

  • Embarquez pour les Vieilles Pirogues à Saly !
    Embarquez pour les Vieilles Pirogues à Saly !
  • Hip Hop Awards 2016 : Sorano vibrant des sonorités street
    Hip Hop Awards 2016 : Sorano vibrant des sonorités street
  • Partcours 5e édition : c'est parti
    Partcours 5e édition : c’est parti
  • L'hôtel Pullman Dakar Téranga s'offre un lifting
    L’hôtel Pullman Dakar Téranga s’offre un lifting
  • Christian Manza et Marie Caplain remportent le 1er marathon international du Sénégal
    Christian Manza et Marie Caplain remportent le 1er marathon international du Sénégal
  • Voyages en pays seereer
    Voyages en pays seereer

Cherchez dans le répertoire

Top