Menu

Accueil / Actualités / Le bois vert et la cendre : des récits émouvants, drôles et tendres

Art et culture

Le bois vert et la cendre : des récits émouvants, drôles et tendres

Emile Eymard, qui a vécu toute sa jeunesse au Maroc et au Sénégal, publie quarante-trois nouvelles insolites et fantasques, d’une écriture lumineuse. Extrait.

Partagez cette page Publié le 14 mars 2015 | 1 commentaire

Parfums et effluves de brousse

Emile Eymard (extrait de « Le bois vert et la cendre »)

…La nuit est claire. Par moments, le silence de la brousse est percé par un cri strident, immédiatement suivi par une déflagration animale étourdissante. Puis, sans la moindre transition, mystérieusement, la brousse retrouve un silence absolu. Sur la surface du marigot, quelques rides font frémir l’écho de l’explosion sonore. Les premières lueurs laiteuses de l’aube éclairent déjà la savane ébouriffée et allument des buées blanches qui montent de la terre rouge. La chaleur est palpable et l’humidité suinte le long des arbres. Le soleil est maintenant déjà haut.

En Afrique, la chute du jour est presque brutale et le soleil possède une ardeur soudaine pour réapparaître. Le marigot écume une vapeur grise. Un échassier blanc plonge sa tête dans l’eau verdâtre. Une longue route reste à faire pour atteindre Ndangane, un des villages du pays du Sine-Saloum. Le Saloum est une région plate et marécageuse recouverte par le fleuve du même nom. Profond bras de mer, il s’enfonce dans les terres, entrecoupé de dizaines d’îles pour la plupart désertes. Ses bords sont couverts de palétuviers où logent une multitude d’oiseaux de toutes sortes, pélicans, flamants roses, jabirus, aigrettes, aigles pêcheurs, cigognes…

Ndangane est au bord d’un affluent du Saloum. La traversée d’un désert de latérite couvert de hautes termitières, se fait par une piste en tôle ondulée. Tout est au rouge. On longe une immense forêt de baobabs qui avancent avec nous, leurs bras dénudés tendus vers le ciel. La nuit est là quand apparaît le miroir des eaux du delta du Saloum, bordées de palétuviers, surélevés sur leurs racines. Au sommet d’une dune surgit, comme un mirage illuminé, le village de Ndangane…

Le bois vert et la cendre

Broché : 269 pages
Editeur : L’Harmattan
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35372

Messages

  • fr

    bonjour, la page concernant la littérature a disparu de votre site depuis sa modernisation, c’est bien dommage ! heureusement il reste la page d’actualité qui est très instructive et permet comme cette fois d’avoir de bons conseils de lecture !

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top