Menu

Accueil / Actualités / Ma terre première pour construire demain

Économie, environnement

Ma terre première pour construire demain

La terre pour remplacer le béton ? Sur la corniche de Dakar, de hauts bâtiments en latérite rouge se distinguent des nouveaux bâtiments de béton blancs qui hérissent le quartier de Fann Hock, face à la Cour suprême de Soumbédioune. Ils surprennent le regard qui parcourt les maisons cinquantenaires et sages de la Société immobilière du Cap Vert (SICAP).

Partagez cette page Publié le 29 septembre 2015 | 2 commentaires

Le corps de ces deux nouveaux bâtiments en construction, monte vers le ciel. La couleur de latérite ocre rouge, chaude explose dans la luminosité du ciel. L’extension de l’hôtel Djoloff, bien connu pour ses balustrades saint louisiennes et la sérénité de ses étages fleuris, provoque la surprise par la densité de ces hauteurs de latérite rouge. L’extension prévue s’étend sur 1 000 m2 et sur trois étages construits en briques de terre crue compressée (BTC) dont un stock attend encore en tas au sol.

Cette révolution n’est pas seulement esthétique. C’est un pari, celui parmi les « pionniers de la construction en terre à Dakar » fait par le propriétaire de l’hôtel [1] qui souhaite se projeter et s’intégrer de manière innovante et responsable dans le futur. De ce point de vue, c’est comme s’il approfondissait une expérience précédente, comme initiale, faite dans le même quartier avec la transformation d’une maison SICAP en un vaste bâtiment construit en briques de ciment recouvertes d’un enduit de latérite rouge mélangé à de la chaux et du ciment blanc.

Cette perspective rencontre celle ferme et tenace de M. Doudou Dème, un passionné de la construction en terre crue. Son entreprise « ElémenTerre » crée en 2009, est un projet citoyen responsable et écologique, qui compte de nombreuses réalisations aussi bien individuelles que collectives [2]. L’homme de l’art estime que « Revenir à
la terre crue pour construire, plus qu’une idée écologique... c’est une vraie philosophie
 ».

Voila la vision de ce jeune sénégalais de 33 ans, ingénieur civil de formation, rentré au Sénégal, dans son pays, pour faire la promotion de ce type de construction. La construction en terre « cela ne s’apprend pas, il n’y a pas d’école pour ça, on la porte en soi  ». Il s’inscrit dans la promotion et la mise en place d’un habitat social durable, reconnu à ce titre comme membre de La Meer (la Maison de l’entrepreneur éco-responsable), structure créée au sein du Réseau de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) de Philippe Barry et ses collègues. Laquelle a pour vision le développement de l’éthique du développement durable pour l’entreprise de demain.

S’intéresser à la construction en terre crue vous fait entrer dans un monde spécifique de la construction, celui d’un engagement militant pour un monde meilleur où les mots techniques ont la profondeur de millénaires de la construction en terre, et les facettes joyeuses des modes de faire qui se retrouvent en quelques mots et se comprennent sur tous les continents : adobe (mot espagnol désignant les briques de terre crue séchées au soleil) ; pisé (brique de terre crue compactée dans un coffrage) bauge (terre crue dans un état plastique, empilée) et autres torchis (terre crue dans un état plastique collée sur un clayonnage de lattis de bois)...

Avec par exemple, en Afrique de l’Ouest, les réussites majestueuses que sont les mosquées de Djenné et de Tombouctou ou les palais royaux d’Abomey un peu plus loin [3].

Une dynamique fertile de propositions

La construction en terre est devenue un sujet d’aujourd’hui pour les qualités de la terre. Zéro dépenses d’énergie dans ce type de constructions qui valorisent une matière locale disponible partout mise en œuvre selon des savoirs-faire connus et ancestraux. Souplesse d’utilisation et adaptabilité aux besoins… Elles se mettent en œuvre dans la liberté et les imaginations des terroirs.

Au Sénégal, Les jardins de Tangor dans la périphérie de Thiès à 70 km de Dakar en sont un exemple. Cette dynamique d’éco-habitat réunit quatre des six propriétaires sur une surface globale de 3 600 m2. Les bâtiments construits en briques de terre et sans clôtures intérieures sont éclairés par cinq systèmes solaires. Ici, certains ont opté pour l’enfouissement, selon le principe de l’architecture mozabite, garantie de fraîcheur confirmée par la réalisation d’un puits canadien de leur maison dans la douceur et les arrondis des constructions en terre. Plus de 200 arbres y ont été plantés depuis les débuts de la construction en 2001.

Parmi les intéressantes initiatives locales réalisées en Afrique, terre ancestrale de constructions en terre, l’association de la Voute nubienne (AVN), procédé architectural crée dans le haut Nil et historiquement inconnu dans les autres régions africaines. L’association crée en 2000 par deux maçons, un Français et un Burkinabé, se propose de permettre au plus grand nombre de bénéficiaires et au plus vite, d’avoir accès a une habitation sans bois, tant dans la construction que dans l’architecture, adaptée et pérenne.

Un programme se développe au Sénégal. Dans le département de Podor, la construction à coût réduit de maisons à toiture en arc de cercles voûtes dont la fraîcheur des maisons constatée a Diattar, près de Podor, est appréciée des résidents. Elle fait école dans la zone inspirant des bâtiments publics (écoles, mosquée) ou la construction de splendides bâtiments privés prés de Richard Toll. Ces préoccupations rencontrent celles universelles de défense du patrimoine culturel. En 2011, plus de 10 % des biens culturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial incluaient des structures en terre. Son importance culturelle dans le monde entier est évidente et a mené à sa considération en tant que patrimoine commun de l’humanité, méritant par suite la protection et la considération de la communauté internationale.

Une chaire de l’Unesco « Architecture en terre, cultures constructives et développement durable » s’y consacre depuis les années 1975. Un prix international TERRA 2016 [4] dont les lauréats seront proclamés lors du XIIe congrès mondial sur les architectures de terre (Lyon, France) du 10 au 13 juillet 2016, récompense la qualité architecturale, la valorisation des savoirs faires, la créativité et l’innovation. Résultats 14 juillet 2016 ! Nul doute que la construction en terre a un passé valeureux mais aussi un avenir solide.

Anne Jean Bart. Le titre de cet article a été emprunté à celui d’une exposition tenue en 1999 et organisée par la Cité des sciences et industries de Paris, France.


[2Lameer - ELEMENTERRE : nouveau membre de la section Habitat Social...

[3Ecologie et idéologies des villes aux portes du désert, Jean Jacques Guibbert,

Messages

  • fr

    bonjours je dois faire un chantier prés du lac rose au Sénégal Je souhaite faire des badigeons à la chaux et enduit terre mais je ne sais comment trouver mes fourniture pour la réalisation de mon mortier car je ne suis pas sur place et arrive en décembre. est ce que vous pouvez me dire ce que je peu trouver comme agrégat,lien et éventuellement pigment naturelle merci

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • fr

    Je m’intéresse depuis longtemps au géobéton ; Hélas, en particulier, s’il on est loin d’une carrière cela revient plus cher que le ciment !

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Odia, précurseur de la caricature

    Odia, précurseur de la caricature

Cherchez dans le répertoire

Times24.info
Top