Menu

Accueil / Découvrir / Les arts plastiques / Makhone Diop et fils, famille de sculpteurs

Makhone Diop et fils, famille de sculpteurs

L’art de la sculpture en bronze se confond quelque part avec l’histoire de la famille Diop. Ce savoir-faire familial transmis du grand père aux petits fils est devenu une signature célèbre et reconnue dans le monde.

Partagez cette page Publié le 14 avril 2014 | 3 commentaires

Initié par Cheikh Maknone Diop, natif de Diourbel, l’art du travail de la fonte a été transmis à son fils, puis petits fils, neveux et frères autour des Ateliers Makhone Diop et fils. L’entreprise familiale allie le secret de cet héritage traditionnel aux techniques modernes de la sculpture pour produire des œuvres aussi symboliques que fascinantes visibles au Sénégal et à l’étranger.

Guerrier Massaï Mara (18 kg, 66 cm de hauteur)

Ces œuvres représentent souvent de grandes dames et jeunes filles, des guerriers massaï, de célèbres rois comme le Bour Sine Coumba Ndoffène Diouf ou encore Alboury Ndiaye. Au Centre international du commerce extérieur du Sénégal (Cices) trône encore l’un de ses chef d’œuvre, représentant le roi Lat Dior Ngoné Latir Diop sur son cheval Maalaw, ainsi que la statue de la linguère Ndatté Yalla à Dagana.

Le premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor en avait fait son sculpteur attitré et lui commandait une bonne partie des cadeaux que le Sénégal se devait offrir à ses hôtes…

Vitrine de la créativité tradi-moderne sénégalaise en matière de sculpture, le label Makhone Diop et fils véhicule l’image de la culture et de l’histoire du pays de la téranga   à travers des œuvres originales.

Né en 1918 à Diourbel dans la capitale du Baol, Cheikh Makhone Diop a séjourné en Haute Volta et appris auprès des maîtres sculpteurs d’objets en bronze du pays qui est devenu le Burkina Faso. De retour au Sénégal, l’artiste met son talent au service de l’histoire et de la culture du pays. Décédé en 1981, l’artiste laisse des œuvres remarquables à la postérité et un métier à sa descendance qui continue le travail…

L’exposition dénommée « Suxali » (renaissance), montée par ses héritiers entre fin 2013 et début 2014 à l’hôtel King Fahd Palace en mémoire à ce pionnier de la sculpture en bronze au Sénégal atteste de la volonté de perpétuer ce riche patrimoine familial.

Youssouf Chinois.

  • La koriste (18kg, 36 cm de hauteur)
  • Awa la petite écolière (10 kg, 30 cm de hauteur)

Messages

  • Nous voulons de l’aides j’ai un frère qui a cet talent, mais on connait pas vraiment comment être reconnut dans le monde.si vous pouvez nous aides.
    Merci de nous faire comprendre.

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • sn

    Bel article, ou pouvons nous vois ses statuts.

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • "Road movie" au Sénégal oriental

    « Road movie » au Sénégal oriental

ACTUALITÉS

  • Tambacounda : les acteurs culturels à l'école de l'élaboration de projets culturels
    Tambacounda : les acteurs culturels à l’école de l’élaboration de projets culturels
  • « Eau et environnement » concours 2017 : et le gagnant est… Idrissa Sané, journaliste au Soleil
    « Eau et environnement » concours 2017 : et le gagnant est… Idrissa Sané, journaliste au Soleil
  • Une carte touristique du Sine Saloum distribuée gratuitement
    Une carte touristique du Sine Saloum distribuée gratuitement
  • Les arrivées de vols internationaux en Afrique en hausse de 13,3% en 2017, motivées par la dynamique des affaires
    Les arrivées de vols internationaux en Afrique en hausse de 13,3% en 2017, motivées par la dynamique des affaires
  • L'ouverture du nouvel aéroport fait déjà grincer des dents
    L’ouverture du nouvel aéroport fait déjà grincer des dents
  • Accidents de la route : tirons la sonnette d'alarme
    Accidents de la route : tirons la sonnette d’alarme

Cherchez dans le répertoire

Top