Menu

Accueil / Actualités / Mbakhana la source : de l’usine des eaux à la station d’eau potable

Histoire et patrimoine / Tourisme et découverte

Mbakhana la source : de l’usine des eaux à la station d’eau potable

Le village de Mbakhana, situé à 18 km au nord-est de Saint-Louis, a une histoire bien trempée dans les eaux du fleuve Sénégal avec deux grands projets hydrauliques, aux fortunes diverses. De l’usine des eaux de 1885 à la station d’eau Potable de 2011, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts…

Partagez cette page Publié le 2 décembre 2011 | 3 commentaires

L’usine des eaux de Mbakhana

Considérée comme la plus ancienne usine à vapeur d’Afrique noire, l’usine des eaux de Mbakhana (1885-1952), figure dans la liste des monuments historiques et sites classés du Sénégal. Initié par Faidherbe qui souhaitait transformer le marigot de Kassak, au nord-est de Saint-Louis, en un réservoir naturel d’eau douce, ce projet a abouti sous le magistère du gouverneur Brière de l’Isle. L’usine fut ainsi construite à Mbakhana, sur le bord du Kassak.

Mbakhana

Elle comprenait deux machines à vapeur avec leurs chaudières et leurs pompes. L’eau du marigot était refoulée vers la ville au moyen d’une conduite longue de 17 km, traversant le fleuve au moyen d’un siphon. Les machines furent construites en 1882 et l’usine entra en activités en 1885. En 1901, le dispositif fut complété par une seconde usine.

Cependant, un autre projet logé à Dakar Bango, visant à améliorer la qualité de l’eau va voir le jour avec l’ingénieur Aldebert, en 1917 et prendre le relais de Mbakhana qui cessa définitivement de fonctionner en 1952.

Cet ainsi que pris fin l’aventure de Mbakhana, qui pendant 67 ans, 8 mois sur 12, soulagea les habitants de l’Ile de Saint-Louis, qui connaissaient un réel problème d’eau, car à l’époque, pendant la période de décrue du fleuve Sénégal, qui durait 7 mois, l’ancienne capitale du Sénégal était entourée d’eau salée. Le ravitaillement était assuré par un bateau-citerne qui prélevait l’eau assez loin, en amont du fleuve.

Actuellement, le bâtiment de ce site historique, qui est dans un état de délabrement avancé, est encore réhabilitable et la cheminée, haute de 18 m, est toujours debout. L’espace très agréable, fortement boisé, au bord d’un marigot, a un réel potentiel touristique tant du point environnemental qu’historique. Il est d’accès très aisé, à partir de la route nationale Saint-Louis-Podor et l’idée de le réhabiliter serait à l’ordre du jour, pour le bonheur des riverains et des touristes.

L’actuelle station d’eau potable de Mbakhana

59 ans après l’usine des eaux, Mbakhana vit une nouvelle aventure hydraulique avec sa station d’au potable, livrée provisoirement depuis le 19 mai 2011 par l’État du Sénégal. Financée par la Banque islamique de développement, cette infrastructure a le mérite de profiter aux populations locales, contrairement à l’ancien ouvrage qui était destiné aux habitants de l’ile Saint-Louis. Un grand ouf de soulagement pour ces populations, qui assuraient tous leurs besoins en eau en la prélevant directement dans le fleuve.

Les membres de l’Association des usagers de la station d’eau potable de Mbakhana, rencontrés sur place, notamment Macktar Bà, son président, Mamadou Keita, surveillant de l’ouvrage et Abdoulaye Fall, membre du comité directeur, ont tous témoigné de l’importance de ce projet qui fait le bonheur des habitants. Elle ravitaille en eau potable, les villages de Mbakhana, Mbarigo, Ndiawdoune. La station alimente également une autre station secondaire installée à Ngaye qui ravitaille à son tour les villageois du site qui l’accueille, de Menguègne et Toddé. Bien organisé autour de cette association, ils tiennent des réunions mensuelles pour faire le suivi et s’assurer du bon fonctionnement du projet. Deux gardiens veillent sur les sites de Mbakhana et Ngaye. L’eau est vendue à 25 francs CFA la bassine et 15 francs le seau et la fontainière perçoit 20 % du chiffre d’affaires.

Confrontée à des problèmes de règlement des frais du personnel employé, des factures de courant, de maintenance, l’Association des usagers de la station qui fait ses premiers pas, cherche des partenaires pour l’aider à mieux décoller au bénéfice des milliers de bénéficiaires de cet ouvrage.

Infos : Macktar Bâ, 77 538 94 01

> Histoire et patrimoine

  • Allez ASC Mbakhana !!!
  • Village de Mbakhana
  • L’usine des eaux de Mbakhana
  • L’Usine des Eaux de Mbakhana
  • Les habitants de Mbakhana en réunion

Youssouf Chinois - Photos : Jules Diop.

Messages

  • Mbakhana, un beau village, de beaux souvenirs avec ma fille Laura dans la famille de Fatou en 2002. je suis française. J’aimerai à nouveau joindre Fatou et sa famille mais je n’ai plus ses coordonnées. Fatou a 26 ans, mais je ne sais plus son nom de famille, merci à ceux qui pourront me donner des informations.

    • sn

      mwa sui pa de mbakhana mais mon mari oui j’y déjà aller plusieurs fois j lui en prierai peut être il la connaît.

    • sn

      Envoi moi un mél je te mettrai en contact avec le chef de village.Lui il va se charger de te donner toutes les infos relatives.salioudiop29 yahoo.fr

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Comme un oiseau du Sénégal

    Comme un oiseau du Sénégal

Cherchez dans le répertoire

Top