Menu

Accueil / Découvrir / Musiciens et chanteurs sénégalais / Moussa Diouf : l’architecte du son

Moussa Diouf : l’architecte du son

Moussa Diouf n’est pas un musicien comme les autres. Et pour cause, c’est un vrai orchestre à lui tout seul ! Basse, guitare, piano, percussions... Ce génie touche à tous les styles musicaux. Il vient d’auto-produire avec succès son premier album sorti au Sénégal cette année et qui sortira en France d’ici quelques mois.

Partagez cette page Publié le 16 janvier 2007 | 2 commentaires

Du jazz au funk, de l’afrobeat au mbalax, du reggae au hip-hop en passant par le raï, Moussa Diouf est un bassiste reconnu, jouant sur tous les fronts tout en restant ancré dans l’univers musical sénégalais. Normal, quand on passe son enfance et sa jeunesse à Dakar ! Le déclic, il l’a très vite eu en écoutant un de ses frères jouer de la batterie avec sa bande d’amis. Il commence par apprendre en autodidacte la guitare puis la basse qui deviendra son instrument de prédilection. Il forme son premier groupe « Kaddu » à 19 ans, un mélange d’afro jazz et de funk que Moussa définit « dans la lignée du groupe Xalam ». Sa première passion reste tout de même le dessin. C’est pourquoi après son bac, il met les voiles pour la France où il suit pendant quatre ans des cours d’architecture à Bordeaux. Mais la musique le rattrapera très vite...

Sur place il débute par des concerts « à droite à gauche » dans les clubs de jazz. Ouvert à tous les styles et à toutes les fonctions, il explique qu’ « en France, quand on n’a pas de manager, il faut essayer de manier un petit peu de tout ». Lui et sa basse se font rapidement remarquer par une dizaine de groupes bordelais. Et Moussa Diouf ne tarde pas à s’envoler vers une carrière riche en rencontres et en voyages. Il compose pour Tribal Jam, Kounta Kinté, Mokhtar Samba ou encore Idrissa Diop. Il se fait embarquer dans la tournée du joueur de Kora   Soriba Kouyate. Puis il passe 5 ans aux côtés de Touré Kunda avec qui il aura l’opportunité de faire la première partie de la tournée européenne de Carlos Santana. La liste est encore longue quand on sait qu’il touche également à la musique brésilienne, caraïbéenne et africaine dans toute sa diversité. Avec un repertoire aussi chargé, Moussa explique qu’il ne peut pas se définir précisément dans un style. Il apporte sa touche d’originalité dans chaque morceau et s’adapte à l’identité de chaque groupe.

« Am Yakar » un hymne à l’espoir

Pour Moussa Diouf l’année 2006 est consacrée à l’élaboration de son propre album « Am Yakar », un vrai petit bijou déjà sorti au Sénégal et attendu de pied ferme en France. Ses chansons aux sons groovy parlent du travail des enfants, de l’exode rural, de l’immigration ou bien de l’amitié. Comme son nom l’indique, ce disque est un hymne à l’espoir qui incite particulièrement la population africaine à s’unir.

« Je suis un homme de foi et je suis très optimiste de nature. Je crois en Dieu mais aussi en l’Homme » déclare le musicien. On se laisse glisser sur le flot de ses mélodies, on est emporté par une musique rythmée, dynamique et variée qui, en passant, fait des clins d’oeil à la soul et au jazz. « J’ai longtemps mûri ce projet de sortir un disque. Je ne voulais pas suivre la mouvance et sortir un album sans avoir rien à proposer au public. J’ai beaucoup réfléchi sur les textes et je suis accompagné par des musiciens avec lesquels je joue depuis plus de quinze ans ».

Ses paroles sont en wolof, excepté la chanson « Alal » où la langue arabe, chantée par Rachid Al Khadir vient rajouter un air épicé, traçant ainsi « un trait d’union entre le Maghreb et l’Afrique noire ». Autrement c’est Weuz, l’ancien chanteur du groupe Missal qui prète sa voix. Moussa le définit comme « l’une des grandes voix sénégalaises ». La preuve se trouve dans le titre « Do danou » où les tonalités s’intercalent harmonieusement autour de quelques notes inoubliables. Idrissa Diop participe également à l’album et pose sa voix sur plusieurs titres.

Moussa Diouf a fait un réel travail de Pro avec au finish, un album bien construit. Rapide et précis, il donne sans aucun doute une leçon de basse à tous les musiciens. On espère qu’il recevra tous les honneurs qui lui sont dus, et que son succès sera à la hauteur de son talent.

Léonore Jaury

Messages

  • L’Album est terrible !!!!!!

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Nouvel aéroport international de Dakar : ce qu'il faut savoir

    Nouvel aéroport international de Dakar : ce qu’il faut savoir

ACTUALITÉS

  • Un noël africain, ça ressemblerait à quoi ?
    Un noël africain, ça ressemblerait à quoi ?
  • Liaison aérienne Dakar-Cap Vert : TACV se retire
    Liaison aérienne Dakar-Cap Vert : TACV se retire
  • Africa Ecorace 2018 : pour Julien Sanchez, l'objectif est le Top 5 à l'arrivée
    Africa Ecorace 2018 : pour Julien Sanchez, l’objectif est le Top 5 à l’arrivée
  • Moyen de transport pour AIBD, un business qui grandit...
    Moyen de transport pour AIBD, un business qui grandit...
  • Nouvel aéroport Blaise Diagne : la piste opérationelle depuis ce 7 décembre
    Nouvel aéroport Blaise Diagne : la piste opérationelle depuis ce 7 décembre
  • Africa Eco race 2018 : 200 concurrents s'élanceront de Monaco
    Africa Eco race 2018 : 200 concurrents s’élanceront de Monaco

Cherchez dans le répertoire

Top