Menu

Accueil / Actualités / Pôles urbains et gestion foncière : une équation à plusieurs inconnues

Société, reportage

Pôles urbains et gestion foncière : une équation à plusieurs inconnues

Les pôles urbains, ces nouveaux types de villes, ont été accueillis par le public comme une aubaine dans le développement économique et infrastructurel du pays. Le Lac Rose, Diamniadio, Yène et Daga Kholpa sont les quatre pôles urbains dans cette première phase du projet. Mais avec lui se pose le problème crucial de la gestion des terres qui ont été allouées aux pôles.

Partagez cette page Publié le 14 mars 2018 | 3 commentaires

Pendant que l’État vante les avantages de ces nouvelles villes modernes, les populations concernées par le projet se retrouvent devant le dilemme des retombées financières dont elles peuvent bénéficier et la crainte de perdre leur patrimoine foncier.
Au niveau des ministères de l’Urbanisme, de l’Aménagement du territoire et de l’Agence en charge des pôles, ont tient le même langage : « Il n’y a aucun problème de foncier pour les populations des zones des pôles urbains ». Mais sur le terrain, la réalité est toute autre. Beaucoup de propriétaires se sont retrouvés dépossédés de leurs terres. Les collectivités locales, même si elles entrevoient les avantages pour leurs administrés, sont conscientes qu’il existe un problème foncier qui n’est pas du goût des anciens propriétaires.

À ce jour, aucun tracé réel de délimitation des zones urbaines n’est précisé, entraînant des plaintes régulières de la part de ceux qui avaient des titres fonciers sur les terres que l’État a récupérées.

JPEG - 82 ko
Carte du pôle urbain de Daga Kholpa-Sénégal

« Si l’État a besoin de votre terre pour un projet national, vous la perdrez »

Les autorités sont claires sur le sujet. La terre appartient d’abord à l’État, et si elle décide de vous déposséder, vous ne pourrez rien y faire. Les anciens propriétaires qui ont été expropriés pour les besoins de l’aménagement des pôles urbains ont tous été dédommagés ou recasés ailleurs. La priorité a été donnée à la création de ces nouvelles villes et aux investisseurs proposant des projets validés par les gestionnaires des pôles.

Ceux qui sont encore propriétaires se retrouvent donc sous le coup de la menace de l’expropriation si leurs terres se trouvent sur le tracé des pôles urbains. Un combat à la David contre Goliath, car l’État sera toujours le gagnant de ce bras de fer. Même s’il est prévu une compensation financière pour le désagrément causé.

JPEG - 108.4 ko
Structure des pôles et villages verts urbains-Sénégal

Le pôle n’occupe qu’une infime partie dans une zone donnée

Lorsque l’on parle de pôle urbain, il ne faut pas imaginer que les infrastructures du projet vont concerner toute la zone. Dans chaque commune ou département, l’État choisi une portion de terre (1 470 hectares pour Diamniadio, 7 000 hectares pour le Lac Rose) pour ses projets. Le reste n’est pas touché, ni menacé. La grand inconnue aujourd’hui est de savoir exactement où commence le projet et où il se termine.
Pour exemple, le pôle de Diamniadio est constitué des communes de Diamniadio, Bargny, Sendou et Sebikotane, et il se structure autour du projet de « pôle urbain de Diamniadio », du port minéralier de Bargny et des projets de développement industriel envisagés.

Le pôle d’expansion urbaine et économique de Diass (7 000 hectares) est, quant à lui, à cheval sur les communes de Keur Moussa, Diass, Sindia, Popenguine-Ndayane et Yène. Il est limité au nord par la RN2, à l’ouest par le Pôle de Diamniadio, au sud par l’Océan atlantique et à l’est par les barrières physiques constituées par le plateau de Thiès et le cours d’eau de la Somone. Ce pôle se structure autour de l’aéroport international Blaise Diagne et de la Zone économique spéciale intégrée (ZESI).
L’on peut voir les infrastructures pousser, mais personne ne sait jusqu’où elles vont.

Les pôles urbains, une si belle trouvaille, mais qui donne des insomnies aux propriétaires qui craignent à tout moment de perdre leurs biens pour l’intérêt national.

Eva Rassoul/ Photo : Ministère de l’urbanisme

Messages

  • sn

    Quelqu’un a t’il le plan d’aménagement du port de Ndayane et les accès j’ai l’impression que toute cette côte jusqu’à lors tranquille va devenir une zone industrielle.
    si au pire ils nous mettent la ligne 2 du TDM

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • sn

    Quel organisme contacter pour connaitre le devenir de son terrain

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Comme un oiseau du Sénégal

    Comme un oiseau du Sénégal

Cherchez dans le répertoire

Top