Menu

Accueil / Agenda / Afro Diaspora Festival 2018

Concert, musique / Festival

Afro Diaspora Festival 2018

La 3ème édition du Festival Afro Diaspora se tiendra du 27 au 29 décembre dans la capitale sénégalaise.

Du 27 au 29 décembre / 
Partagez cette page Publié le 3 décembre 2018 | 0 commentaire

Ce festival est un appel à la communauté africaine et à la diaspora pour l’unité, la solidarité et la patriotisme. Un forum d’échanges d’idée, d’expériences et de perspectives de developpment à travers une passion commune : le reggae.

Pour cette édition, les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands pour offrir au public un spectacles de rêves. Des artistes internationaux que l’on ne présente plus seront de la partie pour mettre le feu à Dakar :

Earl 16

À 13 ans, il remporte un concours de chant devant des concurrents nommés Michael Rose et Junior Moore. Il fait ses débuts professionnels dès l’âge de 16 ans (d’où son nom d’artiste). Il était à l’époque leader du groupe Flaming Phonics.

Il se lance en solo avec une composition de Winston McAnuff : Malcom X en 1975 pour Joe Gibbs, qui sera reprise et rendue célèbre par Dennis Brown. Il est ensuite produit par Roy Cousins pour les albums de 1982 et 1983 : Julia et Song for a reason. En 1985 sort un album des sessions au Studio One : Showcase contenant son hit Love is a feeling. Puis, Earl 16 décide de faire une pause. Il s’installe à Londres en 1987 et c’est sans surprise qu’il réapparaît en 1988 en Angleterre, en reprenant une chanson de Simply Red « Holding Back The Years ». Au début des années 1990, il enregistre l’album « Babylon Walls » pour Ariwa ainsi que des singles pour Mad Professor. Puis il signe avec de nombreux producteurs britanniques. Il crée son propre label ’Merge Prod’ en 1997 et sort l’album Steppin’Out, suivi de Feel the Fire, chez WEA. Il reste à ce jour, l’un des pilliers du reggae roots.

Lutan Fyah

Dès son plus jeune âge il se passionne pour la musique, et commence à chanter dans le sound system de son grand-père. Le football est sa deuxième passion. Il joue pour l’équipe de Constant Spring en première League, mais décide de se consacrer entièrement à la musique. Il se met alors à faire le tour des studios de Kingston afin de se faire un nom, et sort un premier single, Fling Stone. Il obtient ensuite une audition dans les studios du Label Gargamel de Buju Banton, sur lequel il sort son deuxième single ; Armageddon War, un morceau qui apparait notamment aux États-Unis et en Europe.
En 2001, il rencontre Jah Mason, pour lequel il fait quelques premières parties. Ensemble, ils enregistrent Black King, une combinaison sur le Immigration Riddim. Lutan Fyah commence à se faire une place dans le milieu des artistes et accueille notamment d’autres artistes comme Capleton, Yami Bolo ou encore Anthony B. Il enregistre ensuite plusieurs titres pour Xterminator, Jah Warrior, Mac D et Lustre King.
En 2003 il sort World Crisis, distribué par Higher Ground et sur lequel il partage les titres en compagnie d’Anthony B. L’année suivante, Lutan Fyah sort son véritable premier album, Dem No Know Demself, sur le label allemand Minor 7 Flat 5. En 2005, Lustre King sort son deuxième album, « Time & Place » qui confirme la progression du chanteur et tout le potentiel vu en lui.
En 2017, son album « Music never dies » se place directement à la 8ème place du US Billboard reggae album.

27 décembre à la cabane du surfeur
Entrée : 15 000 FCFA / Prévente : 10 000 FCFA

29 décembre au centre culturel Blaise Senghor
Entrée : 5 000 FCFA / VIP : 15 000 FCFA

Infoline : 77 561 31 49 / 77 569 70 20

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

>  Cherchez dans l'agenda

Top