Menu

Accueil / Actualités / Du Monument de l’Indépendance…

Histoire et patrimoine / Tourisme et découverte

Ô Monument de la Renaissance africaine

Si l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale a son monument érigé aux Allées du Centenaire, la « renaissance africaine » a aussi le sien.

Partagez cette page Publié le 3 avril 2010 | 1 commentaire

De l’œuvre du premier président Léopold Sédar Senghor à celle de Me Abdoulaye Wade, président de la République, force est de constater que l’enseignement à distance, entre « l’élève » et le « maître », ou l’héritage que le « fils » revendique et s’approprie, est loin de laisser indifférent la postérité… C’est le cas de ces deux monuments aux fortunes diverses…

Si nous parlons culture, ces deux grands présidents qui ne partagent pas les mêmes convictions politiques semblent partager la même sensibilité artistique et culturelle, même s’il est évident qu’il serait difficile de les classer dans une même catégorie.

Le premier, en l’occurrence Senghor, reconnu poète de renom et grand homme de culture, a très tôt traduit ses idées de diverses manières, dont ces grands projets et infrastructures culturelles que sont, entre autres, le Fesman, le Théâtre national Daniel Sorano, le défunt Musée dynamique, le monument de l’Indépendance…

Le deuxième, en la personne de Wade, a certainement une âme artistique et une vision intéressante sur l’approche culturelle, mais a du mal à bien revêtir ce manteau car l’homme en met plusieurs, dont la toge d’avocat, la casquette d’économiste, celle de mathématicien, ou même le maillot de footballeur très tenace au poste d’arrière gauche ou droite… Ouf !!! Peu importe, après tout, la polyvalence lui va à merveille …

Mais culturellement parlant, il serait bien en phase de s’adjuger l’héritage de Senghor, avec sa volonté de ressusciter le Fesman malgré les nombreux reports, ces grands chantiers culturels qui sortent de terre, dont le Grand Théâtre national, le Pôle culturel, la Place du Souvenir africain, et pour coller à l’actualité, son monument de la Renaissance africaine…

Actualité oblige, faisons un zoom sur cette histoire de monuments, car c’est là un autre dénominateur commun à ces deux hommes.

Celui de Senghor, inauguré le 4 avril 1963 en présence de plusieurs milliers de Sénégalais, est le monument de l’indépendance, une « stèle dressée au cœur de la Médina qui s’élève vers le ciel, symbolisant la volonté d’un peuple fier et patient, pacifique et noble, que rien ne saurait briser ». Culminant à 52 mètres, le monument de l’Indépendance qui au niveau de sa base, porte le Lion et le Baobab, emblèmes du Sénégal, a très tôt décliné sa volonté imposante de jalonner la vie du peuple et de servir d’aide mémoire. Il est le Symbole d’un constant appel au devoir national.

Cinquante ans après cette indépendance, un devoir qui dépasse les frontières nationales interpelle Wade, l’autre bâtisseur, qui déroule un aspect de son panafricanisme à travers son monument qui sera inauguré le 3 avril 2010. Sans entrer ici dans le débat sur sa pertinence, il est juste question de soulever que le « fils » va sûrement marquer des points de plus dans sa volonté de porter un certain « héritage », surtout après avoir racheté tout dernièrement la maison de Senghor, sise à Fann, que le poète avait appelé « les dents de la mer »… Ô chers bâtisseurs, on a envie de connaître l’appréciation des Sénégalais ou Africains en 2060, c’est-à-dire dans 50 ans encore, car après tout, la vraie valeur des monuments, en dehors du sens qu’on leur donne, de leur l’architecture… se mesure à travers le temps. Alors rendez-vous dans cinquante ans, « Incha Allah » !

Cinquantenairement vôtre !

You Chnou - Photos : Jules Diop

Messages

  • Nous fêtons aujourd’hui les 50 ans de l’indépendance du pays.

    Je trouve grave qu’on entende + parler de Wade et de son monument que de ce qui nous intéresse vraiment : la lutte de tout un peuple et de tout les intellectuels contre la colonisation et la domination coloniale.

    Aujourd’hui c’est tout l’occident qui se fout du Sénégal, de son peuple, de son président et de son monument !

    Partout, à la télé, radio, presse, on assiste à la jubilation d’un président mégalomane qui réalise un vieux fantasme ! C’est inadmissible !

    Sous couvert de démocratie, Abdoulaye Wade fait au Sénégal une véritable dictature, avec la propagande et tout ce qui va avec. Nous sommes manipulés, et les médias nous lavent le cerveau !

    On ne nous parle pas de l’opposition, ou bien meme tout simplement de tout ce gens qui ne sont pas d’accord, et qui défilaient et manifestaient hier encore. Liberté d’expression ? foutaises !

    Aboulaye Wade s’improvise artiste. Trés bien ! Ce monument relève d’une esthétique néo stalinienne/ communiste ! Il y a tellement d’Artiste au Sénégal, pourquoi n’a t il pas fait d’appels à projet ? Ainsi il se rendrait peut être compte du potentiel présent au Sénégal et de la créativité de tout ces artistes.

    Monument bi.. doy ne war !
    Abdoulaye Wade.. doy ne seuk !

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Cartes routières du Sénégal

    Cartes routières du Sénégal

Cherchez dans le répertoire

Top