Menu

Accueil / Actualités / Les parents d’élèves se pressent autour des librairies « par-terre (...)

Société, reportage

Les parents d’élèves se pressent autour des librairies « par-terre »

La rentrée des classes, c’est dès la semaine prochaine pour la plupart des élèves sénégalais. C’est une période d’effervescence pour les parents, qui sillonnent la capitale pour trouver les fournitures nécessaires. Et pour ceux qui peinent à joindre les deux bouts, il faut absolument penser économie. La solution : les librairies par-terre.

Partagez cette page Publié le 1er octobre 2019 | 0 commentaire

Au Sénégal, la rentrée des classes est toujours une période de grosses dépenses pour les parents « La rentrée me ruine chaque année, se confie en souriant une mère de deux enfants. Il faut réinscrire les enfants dans leur école, leur acheter au moins trois nouvelles tenues, et acheter tous les manuels qui sont mentionnés dans la liste des fournitures. J’ai deux filles, si les librairies par-terre n’existaient pas, je serais vraiment désemparée. »

On trouve de tout dans les librairies « par-terre »
On trouve de tout dans les librairies « par-terre »

Les librairies par-terre, comme le nom l’indique, sont des stands de livres posés habituellement à même le sol. Elles proposent en général des bouquins d’occasion de toutes sortes, allant du manuel scolaire au recueil de poème, en passant par les BD, les magazines de mode, les livres de cuisine ou les traités de philosophies. On y trouve de tout.

La plupart des vendeurs ne savent même pas lire, et ne connaissent donc sûrement pas la valeur des livres qu’ils vendent. On peut ainsi y acheter des éditions limitées d’œuvres à succès à moins de 1 0000 francs CFA ou des manuels de médecine à moins de 2 000 francs. « Beaucoup de mes collègues ignore la valeur des livres qu’ils vendent. Comme je m’y connais un peu, je les aident souvent à estimer leur valeur. » nous dit Saliou, qui n’est pas un marchand comme les autres.

La ruée vers les livres scolaires

Saliou a fait deux ans d’université avant de se lancer avec sa librairie par-terre, qui n’en est plus vraiment une. En effet, sur l’avenue Blaise Diagne où il fait son commerce, il a installé une petite table à étagère, où il expose ses livres. « Je suis spécialisé dans les manuels scolaires. C’est un marché qui augmente chaque année et je peux faire en une rentrée le chiffre d’affaires que des collègues qui vendent d’autres types de livres font en six mois. J’ai des clients réguliers, qui reviennent chaque année. Ils me remettent les livres de l’année dernière, et avec un peu de sous en plus, je leur remets ceux de la nouvelle année scolaire qui commence. Tout le monde est gagnant. »

Librairie « par-terre » améliorée (à étage)
Librairie « par-terre » améliorée (à étage)

Des classiques de la littérature africaine aux auteurs étrangers, en passant par les manuels didactiques d’espagnol, d’anglais, de science ou de maths, les librairies par-terre sont de véritables cavernes d’Ali Baba, où beaucoup de passionnés de littérature trouve des trésors à bouquiner sans se ruiner ; et où de nombreux parents qui ne peuvent acquérir les coûteux livres des librairies classiques arrivent à trouver, en toute dignité, les outils nécessaires à l’éducation de leurs enfants.

Librairie « par-terre » rue Blaise Diagne à Dakar
Librairie « par-terre » rue Blaise Diagne à Dakar

Marième Kane.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Bientôt le Grand carnaval de Dakar

    Bientôt le Grand carnaval de Dakar

Cherchez dans le répertoire

Top