Menu

Accueil / Actualités / Projet de Port de Ndayane : un documentaire pour en parler

Économie, environnement / Tourisme et découverte

Projet de Port de Ndayane : un documentaire pour en parler

En prévoyant de réquisitionner 1 800 hectares côtiers, de draguer des fonds jusqu’à 20 m de profondeur et de faire circuler plus de 1 000 camions par jour, le projet du port de Ndayane Yenne va bouleverser l’écosystème de la région. Les habitants se mobilisent.

Partagez cette page Publié le 2 septembre 2020 | 2 commentaires

Dubaï Port World s’accapare les terres du Dialaw pour construire un port à container, détruisant ainsi une des plus belles régions préservées du Sénégal. Le Dialaw, au cœur de la culture Lébou, Wolof, Sérère, Soninké, Mandingue… est à la fois le poumon de Dakar, une réserve écologique naturelle, et l’économie vivrière du Sénégal.

Ce projet industriel particulièrement destructeur va à l’encontre de toute logique économique, environnementale et sociale et risque même d’entrainer le Sénégal dans une terrible spirale de la misère en sacrifiant les piliers de son économie que sont la pêche, l’agriculture et le tourisme.

C’est aussi une catastrophe écologique mondiale de par son facteur risque en période de changement climatique.

« Waxtaan » : parlons-en !

Un collectif d’habitants s’est constitué pour comprendre et agir, écouter la population, ouvrir la parole et réaliser un documentaire avec ces témoignages.

L’enquête est mené par Assane Ndoye, habitant du Dialaw, qui fait parler le poète Amadou Lamine Sall, le professeur Goudiaby, Germaine Accogny à l’école des Sables, les femmes maraichères de la Ferme des 4 chemins, les pêcheurs Lébous de Yene, les associations impactées de Bargny, des professionnels du tourisme et un spécialiste de santé publique. Leurs avis nous concernent tous.

Un documentaire de 18 mn à regarder sur le site www.nonauport.sn

Messages

  • sn

    J’habite à DIALAW. C’est mon royaume d’enfance. Ce port est une menace pour les populations locales qui vivent de pêche et d’agriculture. Nous nous battrons jusqu’au bout pour que ce projet de port soit annulé. Seule la lutte libère

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • sn

    J’ai grandi à toubab Diallo, j’ai pêché, j’ai chassé, j’ai cultivé, j’ai reboisé une partie de la brousse. Je sais que des centaines de personnes ont fait de même. Un des seul endroit où l’on parle de culture bio au Sénégal ! Des lagunes, des plages, une biodiversité de sa faune et de sa flore ! Tout cela, balayé pour quelques riches hommes d’affaires ????? Nous disons non au port de N’dayane !!!!!!!!!!

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Coronavirus : où en sommes-nous au Sénégal ?

    Coronavirus : où en sommes-nous au Sénégal ?

accro-baobab

Cherchez dans le répertoire

Top