Menu

Accueil / Actualités / Qui est Macky Sall ?

Entretiens et portraits / Politique et institutions

Élection présidentielle Sénégal

Selon les résultats officiels provisoires, le second tour de l’élection présidentielle opposera Abdoulaye Wade, président sortant et candidat pour un troisième mandat, à Macky Sall qui fut longtemps considéré comme son fils spirituel. Retour sur l’itinéraire de cet homme longtemps resté discret.

Partagez cette page Publié le 29 février 2012 | 2 commentaires

Macky Sall est né le 11 décembre 1961 à Fatick, dans la capitale de l’ancien royaume du Sine, d’un milieu modeste. Il obtient un diplôme d’ingénieur géologue au sein de l’Institut de science de la terre de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, puis poursuit sa formation en France à l’Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs (ENSPM) de l’Institut français du pétrole (IFP) avant de revenir exercer au Sénégal.

Il s’oppose dès 1983 au parti socialiste en place « symbole du pouvoir » et combat aux côtés de Me. Abdoulaye Wade, alors principal opposant au régime. À partir de 2000, année de l’alternance, il va alors occuper d’importantes fonctions et responsabilités : en 2000, directeur de la Société de pétrole du Sénégal (Petrosen) ; en 2001, il devient ministre des Mines et de l’Energie ; en 2003 ministre de l’Intérieur et porte-parole du gouvernement et le 21 avril 2004, il est nommé Premier ministre.

Le 20 juin 2007, il est élu président de l’Assemblée nationale. Dans le cadre de l’évaluation des politiques publiques et du contrôle de l’action du gouvernement, il souhaite auditionner Karim Wade, fils du président de la République, pour rendre compte de sa gestion de l’Agence nationale pour l’Organisation de la Conférence islamique (ANOCI). Ceci est considéré comme une « faute politique lourde » par la majorité PDS. Le comité directeur décide, le 16 novembre 2007 de supprimer le poste de numéro 2 du parti qu’il occupe. Le 22 septembre 2008, un amendement à l’article 62 de la Constitution est déposé visant à réduire de 5 à 1 année le mandat de président de l’Assemblée nationale avec effet immédiat, pour faire face à son refus de démissionner émis par le président de la République.

Le 9 novembre 2008, Macky Sall annonce sa démission du Parti démocratique sénégalais (PDS) et de tous les postes électifs conquis sous cette étiquette. Le 1er décembre 2008, il crée son parti politique l’Alliance pour la République (APR-Yakaar).

Depuis 2009, il prépare l’échéance présidentielle. Allié du Mouvement du 23 juin (M23) qui a fait reculer le pouvoir qui souhaitait changer le mode de scrutin, il préfère cependant battre campagne plutôt que de manifester à Dakar son opposition à la candidature d’Abdoulaye Wade. Stratégie payante puisqu’il met le président sortant en ballotage alors que ce dernier annonçait pouvoir être élu dès le premier tour.

Le programme de Macky Sall en ce qui concerne le tourisme, la culture, les sports et loisirs

Le tourisme est, après l’agriculture, le deuxième pilier de notre politique sectorielle compte tenu de
son potentiel de développement et de son impact tant sur l’économie nationale que sur le niveau de vie
des populations.

Mesures clés

  • 300 milliards seront consacrés aux investissements et aménagements touristiques
  • Dispositif d’accompagnement (création de 500 000 emplois au niveau national) des jeunes dans
    l’entreprenariat d’activités de loisirs et d’artisanat touristique.
  • Défiscalisation à 80% de la retraite des résidents étrangers (6 mois minimum de séjour)
    originaires d’Europe, d’Asie et d’Amérique
  • Restructuration de la SAPCO en créant 5 structures indépendantes (Gorée et Lac Rose, Petites
    côtes, Côtes Nord, Centre, et Côtes Casamançaises ayant chacune un cahier de charges spécifiques
    selon le type de tourisme visé
  • Application effective de la tva à 10 % pour les services touristiques en concertation avec les
    acteurs en vue d’une plus grande compétitivité et d’emplois nouveaux

Les résultats du scrutin du 26 février 2012

Taux de participation : 51,6 %

  • Abdoulaye Wade : 34,82 %
  • Macky Sall : 26,57 %
  • Moustapha Niasse : 13,20 %
  • Ousmane Tanor Dieng : 11,30 %
  • Idrissa Seck : 7,86 %
  • Ibrahima Fall : 1,81 %
  • Cheikh Bamba Dieye : 1,93 %
  • Cheikh Tidiane Gadio : 0,99 %
  • Mor Dieng = 0,42 %
  • Djibril Ndom : 0,38 %
  • Oumar Khassimou Dia : 0,24
  • Amsatou Sow Sidibé : 0,19
  • Doudou Ndoye ; 0,17
  • Diouma Dieng Diakhaté : 0,12

Messages

  • macky sall doit montrer ses preuves au peuple sénégalais et que Wade laisse ce peuple de prospérité et dont le respect est connu en Afrique tranquille puisque le premier tour des élections montre que maître wade ne peut pas remporter les élection au sénégal vigilance au bourrage des urnes par wade merci

    • macky sall n’a malheureusement pas l’air de qqun de très intelligent il commet depuis qq temps de graves fautes politiques

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Cartes routières du Sénégal

    Cartes routières du Sénégal

Cherchez dans le répertoire

Top