Menu

Accueil / Actualités / Vivendi, Pathé, le cinéma revit à Dakar !

Art et culture / Événement

Vivendi, Pathé, le cinéma revit à Dakar !

Après Vivendi et son réseau de salles polyvalentes à succès, installées dans plus de huit villes d’Afrique dont Dakar, c’est au tour d’un autre géant français, Pathé, de viser le marché africain, avec l’implantation prochaine d’un complexe cinématographique impressionnant dans la capitale sénégalaise.

Partagez cette page Publié le 18 décembre 2019 | 0 commentaire

Le grand écran renaît en Afrique

Ce n’est plus qu’une rumeur de coulisse, la grande maison de production française Pathé a débuté les travaux de construction d’un grand complexe cinématographique d’une superficie de 5 000m², répartie en sept salles et pouvant accueillir plus de 1 400 spectateurs à Dakar.

Ce complexe vient concurrencer les deux principaux espaces cinématographiques existant dans la ville, et témoigne de l’attention particulière que les investisseurs étrangers du monde du 7e art, portent depuis quelques années à l’Afrique subsaharienne. En effet, depuis un peu moins d’une dizaine d’années, l’implantation de salles commerciales de diffusion audiovisuelle connait une certaine effervescence en Afrique subsaharienne.

Rien que le groupe Vivendi a procédé à l’installation de son réseau de salle Canal Olympia, dans plus de huit capitales du continent et n’a pas fini son extension. À présent, c’est le groupe Pathé qui lui emboîte le pas, avec la construction récente d’un énorme multiplexe à Abidjan, la capitale ivoirienne, et le lancement des travaux du complexe Le Mermoz, à Dakar. Ces investissements étrangers dans le 7e art en Afrique, sont en train d’impulser du sang neuf à ce secteur qui se mourrait lentement.

Salle de Canal Olympia
Salle de Canal Olympia

Un vieux trésor de la culture populaire au Sénégal

Les capitales africaines sont pourtant férues de cinéma. Rien qu’à Dakar, il existait, jusqu’en 1974, près de 37 salles de cinéma, qui alimentaient la culture populaire et occupaient une jeunesse mondaine avide d’ailleurs, dans un contexte social où de nombreuses familles ne disposaient pas encore d’un poste de télévision.

Ces salles de cinéma dont l’évocation des noms (Roxy, El Mansour, Luxe, Le Paris, Palace, Rio), allume encore aujourd’hui des étincelles dans les yeux de Dakarois cinquantenaires ou même moins âgés, étaient au cœur de l’animation culturelle de la ville.

Cinema Le Paris, aujourd’hui détruit
Cinema Le Paris, aujourd’hui détruit

Les films y étaient distribués par deux principales structures de gestion des salles, COMACICO et SEGMA, qui assuraient la diversité de l’offre en proposant chacune, dans leurs salles affiliées, différents films, provenant de Chine, des Etats-Unis, de l’Inde entre autres.

Le secteur a ensuite connu une décadence avec la dissolution de la Société nouvelle de promotion cinématographique et la privatisation de la SIDEC, chargée de la distribution des films (voir notre article le cinéma au Sénégal).

La nostalgie des films d’antan
La nostalgie des films d’antan

> Dakar sans grand écran : Le cinéma est-il mort ?

Le clap de fin d’une longue période de décadence ?

Les nombreuses et très fréquentées salles de cinéma dakaroises se sont ensuite vues tristement désaffectées et reconverties en supermarchés, en centres commerciaux, en boîtes de nuit, certaines ont même été rasées pour laisser leur place à des immeubles.

Depuis, seules quelques initiatives privées continuaient de faire vivre le grand écran lors de projections éphémères dans des instituts, dans la rue, ou, depuis trois ans maintenant, dans l’enceinte du vieux cinéma Empire, qui était devenu depuis de nombreuses années, l’Empire des Enfants, un centre d’accueil pour enfants désœuvrés. Ce centre ayant été déplacé, l’endroit qui a gardé son nom historique, est à présent, une salle de spectacle privée à vocation sociale, où se déroule de nombreuses activités culturelles dont des projections de films. C’est d’ailleurs là que la première du film franco-sénégalais Atlantique, ayant remporté le grand prix du jury de Cannes en 2019, a été projetée avec succès.

Avec l’arrivée des nouvelles salles de cinéma dont dispose actuellement la capitale, cette période « blanche » du grand écran semble tout de même tirer à sa fin, pour le grand bonheur des dakarois, en proie au manque criard d’activité et de structures de loisir et de détente dans leur ville.

De nombreuses questions demeurent cependant. Ces nouvelles structures viendront-elles renforcer le secteur du 7e art sénégalais, ou sont-elles juste dans une logique purement commerciale ? Permettront-elles une meilleure distribution des films made in Sénégal ou plus largement made in Africa ? L’état sénégalais a-t’ il prévu des accords permettant au secteur du cinéma national de bénéficier d’une manière ou d’une autre des retombés de tels investissements ?

« Atlantique » de Mati Diop
« Atlantique » de Mati Diop

Marième Kane.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Coronavirus : où en sommes-nous au Sénégal ?

    Coronavirus : où en sommes-nous au Sénégal ?

accro-baobab

Cherchez dans le répertoire

Top