Menu

Accueil / Actualités / Entretien avec Abdou Guité Seck

Art et culture

Entretien avec Abdou Guité Seck

Il a tout pour lui, le succès, la voix, la beauté ; mais cela ne l’empêche pas d’être humble et sympathique.

Partagez cette page Publié le 1er mars 2005 | 2 commentaires

La veille d’une tournée internationale et d’une sortie de cassette, celui que l’on appelle le révolutionnaire du mbalax a bien voulu se prêter à notre jeu de questions-réponses.

221 - Qui est Abdou Guité Seck ?

A.G.S - Je m’appelle Abdou Guité Seck ; artiste chanteur né à Saint-Louis du Sénégal il y a 24 ans.

221 - Qu’est-ce qui t’a poussé vers la chanson ?

A.G.S - Venant d’une grande famille de griots (la famille Diabou Seck la Saint-Lousienne), j’ai tout naturellement eu envie de cultiver ce don de la musique que j’avais en héritage. Aujourd’hui, je ne le regrette pas, car j’aime chanter et les gens apprécient ma musique.

221 - Parle-nous de ta carrière musicale ?

A.G.S - Mon premier tour de chant, je l’ai fait avec l’association sportive et culturelle du quartier. À douze ans, je suis rentré dans l’orchestre régional de Saint-Louis comme membre titulaire. Lors d’un concert à la place Faidherbe de Saint-Louis, Dimitri Reverchon est venu me voir pour me parler d’un nouveau concept musical qui serait une symbiose entre le wolof et le rock. Ravi de cette idée, j’ai accepté son offre : c’est ainsi qu’est né le groupe « Wock » en novembre 1995. Commence alors une longue série de tournées dans toute l’Afrique qui ne s’arrêtera qu’avec la fin de notre contrat avec la maison BMG. Mon retour au Sénégal m’a permis de me consacrer à une carrière solo.

221 - Quelles difficultés as-tu rencontrées ?

A.G.S - J’ai connu des hauts et des bas, mais rien d’insurmontable car je suis encore là aujourd’hui.

221 - Comment qualifies-tu ta musique ?

A.G.S - Ma musique est de l’afro fusion. Elle prend sa base dans ma culture et se propage vers toutes les autres sonorités.

221 - Qu’est-ce qui a influencé ton style ?

A.G.S - Pour moi, l’avenir est basé sur le métissage et mon passage dans « Wock » m’a permis d’avoir cette envie de symbiose culturelle.

221 - As-tu jamais eu envie de tout abandonner ?

A.G.S - Grâce à Dieu jamais, car j’aime mon public, qui me le rend bien, et pour cela j’essaye de ne pas me laisser abattre.

212 - Un mot sur ta discographie ?

A.G.S - Mon premier album, je l’ai sorti avec Wock en 1996 à Düsseldorf (Allemagne). Le contrat signé avec BMG a permis la sortie du premier album officiel intitulé « Keyman ». La cassette « Téranga   » est la deuxième du groupe. Mon premier album solo a été « Évolution » en 2002, puis « Coono Adouna » en 2003 ; le prochain ne va pas tarder à être sur le marché.

221 - Quels sont les thèmes principaux de tes chansons ?

A.G.S - Les enfants, pour moi ils sont de modestes petits baobabs qui ont besoin d’entretien pour donner des fruits. La femme aussi, c’est la base de tout ! Et l’amour, le civisme, la vie et bien d’autres encore.

221 - Quels sont les artistes que tu as rencontrés et qui t’ont marqué ?

A.G.S - Jo Zawinul, qui m’a invité à de nombreux festivals de Jazz en Europe. Phil Collins, Carlos Santana qui sont des gens simples et humbles. Au Sénégal, le grand frère Youssou Ndour, Ismael Lô, Thione Seck, Omar Pene et bien d’autres…

221 – Y en a-t-il avec qui aimerais-tu chanter ?

A.G.S - Mon rêve s’est effondré à la mort de Ndiaga Mbaye, qui était pour moi un exemple et avec qui je rêvais de chanter. Néanmoins, j’aimerais faire des featuring avec tous les artistes sénégalais.

221 - Quels sont les prix que tu as déjà reçus ?

A.G.S - J’ai été nominé aux Victoires de la musique, lauréat du prix Découverte RFI, et fais Chevalier des Arts et Lettres en France.

221 - As-tu eu affaire à des agents véreux ?

A.G.S - Grâce à Dieu non, car je suis entouré de gens de confiance, sur lesquels je peux compter à tout moment.

221 - Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui se lancent ?

A.G.S - Je leur conseillerais d’être très prudents et surtout de ne prendre que des gens de confiance comme collaborateurs.

221 - Ton succès est-il le même à l’extérieur qu’au Sénégal ?

A.G.S - Le succès que je rencontre à l’extérieur me laisse toujours pantois. Je ne me suis pas encore produit hors de l’Afrique, mais je souhaite que l’accueil soit le même.

221 - Que penses-tu de la scène mbalax sénégalaise aujourd’hui ?

A.G.S - je la trouve plutôt prometteuse, car il y a de plus en plus d’artistes qu’on découvre. J’y crois et je pense que tout serait parfait si l’industrie musicale était mieux gérée et la piraterie anéantie.

221 - As-tu une famille ?

A.G.S - Pour le moment, je me consacre d’abord à ma carrière. Le moment venu, je me marierai et aurai des enfants.

221 - Ou peut-on s’attendre à te rencontrer prochainement ?

A.G.S - Je dois faire une tournée en Europe à partir du 5 mars. Dès mon retour, le public découvrira mon nouvel album.

221 - Qu’aimes-tu dans la vie ?

A.G.S - J’aime le sport, la musique et la communication avec les gens différents de moi.

221 - As-tu l’impression aujourd’hui d’avoir réalisé tous rêves ?

A.G.S - Non, mais je pense que j’en ai réalisé 25 % ; et il me reste encore un long chemin à faire.

221 - Si tu gagnais une grosse somme d’argent maintenant, à quoi te servirait-elle ?

A.G.S - J’achèterais du matériel et j’ouvrirai un home-studio plus performant que celui que j’ai ; cela me permettre de faire un meilleur travail.

221 - Es-tu engagé dans une action sociale ?

A.G.S - Je me dépense beaucoup pour les enfants, je donne des concerts gratuits pour eux. Je me produis aussi pour des associations de femmes.

221 - Si tu avais trois vœux à faire, quels seraient-ils ?

A.G.S - Le premier serait d’ouvrir une école de musique à Saint-Louis, pour pouvoir découvrir de nouveaux talents. Le deuxième serait de pouvoir faire passer mon message dans les meilleures conditions. Et enfin je demanderai à Dieu de me donner longue vie et de bénir tout ce que je ferai.

221 - As-tu un message à passer ?
A.G.S - Je passerai un message en pensant à la sortie prochaine de ma cassette et à tous mes collègues qui ont vécu cette galère. Je dirai aux pirates d’arrêter leur sale boulot et de nous laisser en paix, ils creusent la tombe de la musique, car en continuant ainsi, ils obligent les artistes à laisser tomber la musique.

Site officiel : http://www.guiteseck.com

Eve-Frieda Bakenekhe

Messages

  • slt abdou c est amy j laime d tout mon coeur par ce que tu chante bien tu es un artiste spessiale.tu aime les enfants .mais pourquoi tu ne danse pas quand tu fais tes clipe . merci

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • abdou pour quoi tu n pas danse pasdans tes clipe et on m a dit que vous avez un grand dansseur. merci

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Comme un oiseau du Sénégal

    Comme un oiseau du Sénégal

Cherchez dans le répertoire

Top