Menu

Accueil / Actualités / Ndeye Diop Guissé, Ciseau d’or 2004 : développer le stylisme à (...)

Mode et beauté / Tourisme et découverte

Ndeye Diop Guissé, Ciseau d’or 2004 : développer le stylisme à Saint-Louis

Son nom, Ndeye Diop Guissé. Elle est connue de toute la ville. Pour cause, elle s’est fait connaître après son succès aux Ciseaux d’Or en 2003 où elle décroche le bronze. C’est en 2004 qu’elle rentre dans le cercle fermé des lauréats en décrochant l’or. Ce succès ne l’a pas grisée. Au contraire, malgré les sollicitations elle préfère s’installer dans la ville qui l’a vue naître, Saint-Louis pour y développer le stylisme.

Partagez cette page Publié le 1er février 2006 | 0 commentaire

Ndeye Diop Guissé a vu le jour dans la vieille ville il y’a 28 ans, dans le quartier de Ndioloféne. Après des études primaires à l’école Khayar Mbengue où elle décrocha son entrée en sixième, elle alla poursuivre ses études au Lycée Charles De gaulle. Elle ne fera pas long feu dans les études et s’arrête en classe de 5 éme. Mais à ce moment une idée la hantait : faire de la couture.

C’est au CRETEF qu’elle jette son dévolu pour l’apprentissage des trucs et astuces du métier. « Par la suite, j’ai arrêté les études pour faire de la couture au centre des jeunes filles CRETEF de Saint-Louis ». Après une formation réussie elle se lance dans le métier de la mode. Elle y trouve la consécration en 2003 avec le ciseau de bronze avant de remporter l’or en 2004. « Ce fut un plaisir pour moi de remporter cette distinction. En 2003 je voyais les choses se profiler à l’horizon et je me suis dit que pour y arriver il me fallait redoubler d’efforts. Nulle récompense n’est meilleure que celle donnée par ses pairs ».

L’envie de Ndeye Diop Guissé est de franchir maintenant d’autres paliers en participant à des défilés de mode à travers le monde. Ce succès ne l’a pas éloignée de la ville de son coeur. Au contraire argue t-elle « J’ai préféré m’installer à Saint-Louis pour y développer le stylisme malgré l’appel des sirènes de la capitale. Mon souci est de faire en sorte que les stylistes de Saint-Louis soient en mesure de concurrencer ceux de Dakar et Thiès mais dans un esprit saint ».

Toutefois le Ciseau d’Or 2004 reconnaît que l’exercice du métier à Saint-Louis est difficile car malgré le talent des stylistes de Saint-Louis, les grandes dames saint-louisiennes font appel à ceux de Dakar pour la confection de leurs habits. La mort dans l’âme elle souligne que ses pairs qui sont à Saint-Louis ne sont pas médiocres. Par ailleurs Ndeye Diop Guissé a fait de la qualité son credo pour que "ces dames trouvent à la porte d’à coté ce qu’elles vont chercher à Dakar". Elle regrette cependant qu’on organise pas suffisamment de défilés à Saint-Louis et cela leur porte souvent des préjudices dans la recherche des financements encore moins dans les subventions. Et pour faire profiter à la jeunesse de son pays de son art, elle a ouvert une école avec déjà 12 élèves qu’elle encadre depuis le mois d’octobre dernier.

Son but ultime c’est de faire en sorte que de grands couturiers du Sénégal et du monde viennent défiler à Saint-Louis. En attendant elle préfère encore vivre dans le célibat afin de donner à sa carrière le temps que cela demande à moins de tomber sur un homme qui soit en mesure de la comprendre et de l’aider dans son boulot.

Contact :

Tél. : 961 66 58 - Cel. : 516 96 04


Voir en ligne : Le221, mensuel de culture et de sports au Sénégal

Salam Diakhaté

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Comme un oiseau du Sénégal

    Comme un oiseau du Sénégal

Cherchez dans le répertoire

Top