Menu

Accueil / Actualités / La 27e édition du festival de jazz de Saint-Louis fait honneur aux (...)

Art et culture / Événement / Tourisme et découverte

La 27e édition du festival de jazz de Saint-Louis fait honneur aux femmes

Le festival international de jazz de Saint-Louis se prépare à recevoir les mélomanes et artistes pour sa 27e édition qui se tiendra du 26 avril au 1er mail. Cette année, les organisateurs ont tenu à rendre hommage aux femmes.

Partagez cette page Publié le 5 avril 2019 | 1 commentaire

Elles viendront de l’Italie, des Etats-Unis, de l’Espagne, de l’Italie, de la Mauritanie, de la Côte d’Ivoire et seront toutes présentes sur les différentes scènes du festival pour rehausser le cachet de cet événement que les mélomanes sénégalais et du monde entier attendent chaque année avec impatience.

Les organisateurs sont dans les derniers préparatifs pour cette grande messe du jazz, essayant tant bien que mal de boucler le budget nécessaire pour éviter les couacs. Selon Me Ibrahima Niang : « Malgré les tribulations et le manque d’accompagnement, nous nous battons pour que cette édition soit à la hauteur de la renommée du Saint-Louis jazz festival. Les mélomanes nous viennent du monde entier, et nous nous devons de leur offrir de belles affiches. »

En attendant la programmation finale et les prix de billets, les noms de quelques uns des artistes qui seront présents à l’affiche cette année :

  • Maria Pai De Vito (Italie) : Née en 1960 à Naples, en Italie, elle a étudié l’opéra, le chant contemporain, la théorie musicale et l’harmonie. Elle a débuté sa carrière musicale en 1976 en tant que chanteuse et guitariste (puis pianiste) dans des groupes folkloriques spécialisés dans la musique populaire de la Méditerranée et des Balkans. Ses premiers concerts en tant que chanteuse lui permettent également de développer des compétences en tant qu’instrumentiste (guitare, mandoline et divers instruments de percussion). Depuis les années 1980, elle est active sur la scène jazz en tant que chanteuse et a travaillé avec les ensembles artistiques de Chicago, Michael Brecker, Uri Caine, Peter Erskine, Paolo Fresu, Billy Hart, Maria João, Dave Liebman, Gianluigi Trovesi, Steve Turre, Miroslav Vitous et Joe Zawinul.
  • Lorenzo Naccarato (France) — piano & composition
    Benjamin Naud — batterie
    Adrien Rodriguez — contrebasse
  • David Laborier (Luxembourg) : Nul besoin d’être un vrai amateur de jazz pour se rendre compte que les albums de David Laborier sont de véritables trésors musicaux. Ils ont autant de facettes que le jazz est son essence. Membre de la scène jazz luxembourgeoise depuis plus de quinze ans, David s’est forgé une solide réputation de musicien, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de son pays. Son activité musicale ne se limite pas à être guitariste. En tant que compositeur et arrangeur, il a contribué à deux albums pour l’Orchestre National de Jazz Luxembourg, tous deux parus sur le label WPR Jazz. Sa composition « Fast and Furious » de l’album « Qui a peur du big bad band » a remporté le Concours international de composition de chanson 2010 dans la catégorie jazz. Trois arrangements de David figuraient sur l’album « Sings » de la diva béninoise Angélique Kidjo avec l’Orchestre Philharmonique Luxembourg dirigé par Gast Waltzing. L’album a remporté un Grammy en 2016 dans la catégorie « Meilleur album de musique du monde ».
  • Noura Mint Seymali (Mauritanie) : est né à Nouakchott, en Mauritanie, dans une famille d’iggawin (griots mauritaniens). Sa grand-mère, Mounina Mint Aleya, est une chanteuse respectée en Mauritanie1. Sa belle-mère, Dimi Mint Abba, est une chanteuse connue, surnommée la « diva du désert », qui a effecttué des tournées en Afrique, Europe et États-Unis. Son père, Seymali, est un compositeur maure formé en Irak. À l’âge de 13 ans, Noura commence à composer avec sa belle-mère, et à l’accompagner en tournée comme choriste. Elle est formée au jeu de ardîn, un instrument traditionnel mauritanien. Avec l’aide de son mari, elle forme un groupe en 2004 qui se compose comme suit : Son groupe comprend : Noura Mint Seymali au chant et ardîn, Jeiche Ould Chighaly à la guitare et à la tidinit, Ousmane Tour à la basse, Matthieu Tinari à la batterie, Ayniyana Chighaly aux choeurs et ardîn, et Mayassa Hemed Vall aux chœurs et percussions.
  • Manou Gallo (Cameroun), née le 31 août 1972, est une chanteuse originaire de Divo, une localité centre-ouest de la Côte d’Ivoire. Élevée par sa grand-mère, une proche cousine de la grande chanteuse Miriam Makeba, Manou est plutôt du genre autonome. Marcellin Yacé la prend sous son aile, lui offre sa première basse, l’initie aux prises de sons dans son studio pendant trois ans. De 1993 à 1996, Marcelin l’envoie parfaire ses connaissances artistiques au village panafricain de Ki-Yi-Mbock, où elle intègre la troupe de théâtre, s’initie à la danse et participe à l’enregistrement d’un nouveau disque produit par Ray Lema. En 1992, lors du MASA à Abidjan, un marché international qui a pour but de présenter des créations artistiques en provenance de toute l’Afrique, Manou rencontre Michel De Bock, tour manager et éclairagiste du groupe Zap Mama. Lorsque ce dernier apprend que Marie Daulne, leader des Zap Mama, recherche un bassiste pour son groupe, il pense directement à la jeune ivoirienne et la fait venir en Belgique en 3 janvier 1997.
  • Nancy Ruth (Espagne) est une chanteuse, compositrice et interprète d’origine canadienne. En voyageant dans le monde entier avec une présence théâtrale puissante, elle s’anime en concoctant une délicieuse bière brassée de jazz, de latin et de flamenco. Ses racines espagnoles l’ont finalement amenée à Malaga, en Espagne, où elle réside maintenant et trouve une inspiration créatrice pour son écriture, qui lui permet d’influencer la Méditerranée. En 2004, elle a sorti un album de standards de jazz intitulé It’s Got To Be Love. Son dernier album, Sangria Jam, est un voyage musical qui raconte ses voyages et sa vie en Espagne. Combinant ses influences de jazz, de latin et de flamenco dans ses compositions, elle déclare : « J’écris ce qui coule à flots… Je ne cherche pas à créer une fusion, je joue simplement ce que je ressens. Je suis un produit de mon expérience et de mon environnement ».

Voir en ligne : http://www.saintlouisjazz.org/

Eva Rassoul

Messages

  • ro

    ACEST SITEU ESTE DEOSEBIT .SUNT MULTUMIT DE TOATE

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Les hébergements autour de l'aéroport international

    Les hébergements autour de l’aéroport international

Cherchez dans le répertoire

Top